Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Anders Behring Breivik, jugé pour la mort de 77 personnes, a affirmé jeudi qu'il ne ferait pas appel s'il était reconnu pénalement responsable, comme il le souhaite, même si cela le promet à une lourde peine de prison. Sa santé mentale est la question centrale du procès.

Breivik reconnaît les faits reprochés mais plaide non coupable. "Il n'y a absolument aucune raison de faire appel si je suis déclaré responsable", a déclaré jeudi à Oslo l'extrémiste de droite de 33 ans, qui tient à être reconnu sain d'esprit pour ne pas voir son idéologie être invalidée par un diagnostic de démence.

L'extrémiste de 33 ans a été déclaré psychotique et donc pénalement irresponsable par une expertise psychiatrique officielle l'an dernier. Mais celle-ci a ensuite été infirmée par une contre-expertise qui a conclu qu'il était suffisamment sain d'esprit pour pouvoir répondre de ses actes.

Le 22 juillet 2011, Breivik avait tué 69 personnes, des adolescents pour la plupart, en ouvrant le feu sur des jeunes travaillistes réunis en camp d'été sur l'île d'Utoeya, près de la capitale norvégienne. Peu avant, il en avait tué huit autres à Oslo en posant une bombe près du siège du gouvernement norvégien.

ATS