Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'auteur des attaques qui ont fait 77 tués en Norvège le 22 juillet, Anders Behring Breivik, va faire de nouveau appel de la décision de le soumettre à une nouvelle expertise psychiatrique, ont indiqué vendredi ses avocats. Cette mesure va intervenir cette fois-ci auprès de la Cour suprême.

Jeudi, la Cour d'appel d'Oslo avait confirmé la décision du tribunal de première instance selon laquelle l'extrémiste de droite devait subir une nouvelle évaluation psychiatrique après une première expertise controversée qui avait conclu à son irresponsabilité pénale.

Selon les avocats d'Anders Behring Breivik, la justice n'est pas habilitée à demander de contre-expertise avant un procès si l'accusation n'en fait pas la demande, d'autant que la décision des juges de première instance s'appuyait, selon eux, sur des documents en principe couverts par le secret médical.

De vives critiques

"Nous estimons que des principes aussi importants doivent être démêlés par la Cour suprême", la plus haute instance judiciaire du pays, a ajouté l'avocat, après avoir consulté son client, maintenu en détention provisoire dans une prison proche d'Oslo.

L'an dernier, une première expertise menée par deux psychiatres avait conclu qu'Anders Behring Breivik était psychotique et pénalement irresponsable.

Ce rapport avait soulevé de vives critiques dans le pays scandinave, où le fait que l'auteur d'un crime aussi minutieusement préparé depuis de nombreuses années puisse être déclaré malade mental étonne.

Si le diagnostic devait être confirmé, l'extrémiste de 32 ans, à l'origine du pire massacre commis en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale, serait vraisemblablement passible d'un internement dans un établissement psychiatrique plutôt que d'une peine de prison classique.

ATS