Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Anders Behring Breivik, jugé pour le massacre de 77 personnes l'été dernier en Norvège, a repris ses explications au 3e jour de son procès à Oslo. Comme lors des deux premières journées, Breivik est entré dans la salle du tribunal d'Oslo en faisant son salut extrémiste, bras droit tendu et poing fermé.

La procureur Inga Bejer Engh doit interroger l'extrémiste de droite de 33 ans sur les facteurs qui l'ont conduit à se radicaliser au fil des années pour en arriver à faire exploser une bombe près du siège du gouvernement et à ouvrir le feu sur des jeunes travaillistes sur l'île d'Utoeya le 22 juillet 2011.

Santé mentale en question

Le principal point d'interrogation du procès qui devrait durer 10 semaines porte sur la santé mentale de l'accusé. Jugé psychotique et donc pénalement irresponsable par un premier rapport psychiatriques l'an dernier, l'accusé a ensuite été déclaré sain d'esprit par une contre-expertise dont les résultats ont été publiés le 10 avril.

En dernier ressort, il reviendra aux cinq juges de trancher cette délicate question dans leur verdict attendu en juillet.

Si Breivik est reconnu pénalement responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourra ensuite éventuellement être prolongée aussi longtemps qu'il sera considéré comme dangereux. Dans le cas contraire, il devra subir un traitement psychiatrique dans un établissement fermé, potentiellement à vie.

ATS