Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bruxelles - La Commission européenne a autorisé mercredi de son propre chef l'importation dans l'UE pour la commercialisation de six maïs génétiquement modifiés destinés à l'alimentation humaine et animale, soulevant les protestations des écologistes. L'un de ces maïs est fabriqué par le groupe suisse Syngenta.
Bruxelles a pris cette décision faute d'accord entre les Etats membres sur une position commune sur ce sujet sensible.
"La Commission fait une proposition pour autoriser la commercialisation. Les Etats doivent (ensuite) se prononcer à la majorité qualifiée et s'ils ne parviennent pas à s'entendre pour ou contre, la Commission est obligée de les autoriser", a expliqué un de ses porte-parole, rappelant les règles en vigueur au sein de l'UE.
Ces maïs sont trois hybrides développés par le groupe américain Pioneer, deux maïs transgéniques de la firme Monsanto et un autre de Syngenta, numéro un mondial de l'agrochimie.
La Commission à qui revenait le dernier mot a elle tranché mercredi en donnant son feu vert "pour sortir de l'impasse", a souligné le porte-parole. Les autorisations sont valables dix ans.
Les maïs concernés sont destinés surtout à l'alimentation animale et ont obtenu un avis scientifique favorable. Cette autorisation va surtout permettre d'éviter le blocage des cargaisons de maïs naturels destinés au marché européen sous prétexte qu'ils seraient contaminées par des OGM, a précisé la Commission.
Dans le passé une telle situation avait provoqué un début de pénurie pour l'alimentation du bétail en Europe.
La règle de la tolérance zéro prévoit l'interdiction de débarquer dans l'UE toute marchandise dans laquelle des traces de produits OGM non autorisés ont été détectées.
Bruxelles reconnaît que ce mécanisme d'autorisation est loin de donner satisfaction, car il la désigne comme "bouc émissaire" à la vindicte des opposants aux OGM.
L'exécutif a soumis aux gouvernements et au Parlement de l'UE une proposition pour tenter de débloquer les processus d'autorisations pour les cultures et pour la commercialisation en laissant le choix aux Etats d'appliquer ou non les autorisations de culture décidées au niveau européen.
Bruxelles veut également proposer de tolérer la présence de faibles quantités d'OGM non autorisées dans les importations de nourriture destinée aux animaux. Toutes ces propositions suscitent des réserves.
Dans l'immédiat, le parti des Verts en France a lui dénoncé mercredi "le passage en force" de la Commission sur la commercialisation des six maïs génétiquement modifiés, alors qu'une "majorité d'Etats" ne veut pas poursuivre "la fuite en avant vers la contamination génétique de l'agriculture et de l'alimentation".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS