Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union européenne a lancé jeudi un plan quinquennal destiné à combattre les "menaces croissantes" liées à la résistance de bactéries aux antibiotiques, un phénomène qui provoque la mort d'environ 25'000 Européens par an. Notamment en cause, l'usage croissant d'antimicrobiens pour soigner les animaux d'élevage.

"La résistance aux antimicrobiens est devenue un grand problème de société au niveau européen et mondial", a affirmé le commissaire européen à la Santé, John Dalli, en appelant les 27 Etats de l'UE à "agir avec rapidité et détermination".

Présenté à la veille de la "Journée européenne de sensibilisation à l'usage des antibiotiques" vendredi, le plan de lutte européen propose douze mesures concernant notamment la prévention des infections, notamment en milieu hospitalier, l'utilisation "prudente" des antimicrobiens et les efforts de recherche à entreprendre, ces derniers souffrant actuellement de sous-investissement.

Elevages d'animaux

Le plan cible particulièrement l'usage de plus en plus répandu "d'antimicrobiens très importants pour l'homme" pour soigner les animaux d'élevage, un problème qui "fait l'objet de préoccupations croissantes".

M. Dalli a regretté que des "pratiques illicites" se poursuivent en Europe, où des éleveurs donnent des antibiotiques à leurs animaux sans ordonnance et sans présence d'un vétérinaire.

Leur usage peut être réduit car, pour les animaux, les prescriptions de certains groupes d'antibiotiques, comme les céphalosporines de troisième et quatrième générations, sont remplaçables par d'autres traitements tout aussi efficaces.

Contrairement à la plupart des autres régions du monde, l'UE interdit déjà l'usage d'antibiotiques pour stimuler la croissance des animaux. Mais le Parlement européen souhaite aller plus loin en appelant à son arrêt progressif à des fins prophylactiques.

L'UE appelle parallèlement les autorités nationales à accentuer les efforts entrepris pour réduire l'usage d'antibiotiques par les patients.

ATS