Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ménages suisses consacrent la plus grande part de leur revenu mensuel, outre les impôts et les cotisations sociales, au logement et à l'énergie, soit 16% de leur budget. L'alimentation est le deuxième poste en importance avec 13%, selon l'enquête sur les ménages 2009 de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publiée mardi.

En termes bruts, le revenu mensuel moyen s'est élevé à 9369 francs. Sur cette somme, 2720 francs, soit 29%, vont aux impôts (12%), aux assurances sociales comme l'AVS (10%) et aux primes d'assurance maladie (5%). Une fois ces dépenses obligatoires déduites, il reste 6650 francs en moyenne pour le budget des ménages.

Les Suisses ont dépensé quelque 1185 francs par mois pour les produits alimentaires, les boissons et la restauration, soit 13% de leur budget. La viande (150 francs) représente le principal poste des dépenses alimentaires. Les légumes et les fruits totalisent 130 francs, ce qui correspond à l'achat de quelque 15 kilos de légumes et d'un peu plus de 12 kilos de fruits par ménage.

Près de 1500 francs sont consacrés au logement et à l'énergie. Les autres postes importants sont les transports (7,7%), les loisirs et la culture (6,7%). Au final, il restait en moyenne aux ménages 1160 francs environ pour l'épargne, soit 12,4% du revenu brut.

Retraités à la peine

Les ménages disposant d'un revenu brut inférieur à 4900 francs n'arrivent en général pas à faire des économies, relève l'OFS. Ils ont même dépensé plus que ne le permettait leur revenu. Cette situation concerne surtout les retraités (près de 59%) qui doivent puiser une partie de leurs dépenses dans leur fortune.

Si le revenu moyen peut paraître élevé, cela provient essentiellement du fait que plusieurs personnes travaillent souvent au sein d'un ménage. En 2009, 39% d'entre eux comptaient plus d'une personne active occupée.

L'OFS relève néanmoins que la répartition des revenus autour de cette moyenne n'est pas symétrique. En 2009, 58% des ménages disposaient d'un revenu inférieur à la moyenne suisse.

ATS