Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Athènes et Lisbonne ont respectivement présenté mercredi des budgets 2013 d'austérité draconienne qui relancent la contestation sociale. Un processus parlementaire sous la loupe de Bruxelles qui tient les cordons de la bourse.

Premier test crucial pour le maintien de la Grèce dans la zone euro, le gouvernement grec a présenté mercredi son projet de budget 2013 comportant une nouvelle série d'économies de 9,4 milliards d'euros.

Juste avant d'examiner la copie d'Athènes, la Commission a envoyé un coup de semonce à Athènes en démentant l'existence à ce stade d'un accord entre la Grèce et la troïka de ses créanciers (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne), qui négocient depuis quatre mois, contrairement à ce qu'avait annoncé mardi le premier ministre grec, Antonis Samaras.

Zone euro: des "progrès"

La zone euro a elle appelé mercredi les autorités grecques à tout mettre en oeuvre pour "rapidement finaliser les négociations avec la troïka", après avoir fait état de "progrès" concernant les économies qu'Athènes doit réaliser pour assurer son avenir, a indiqué un bref communiqué émanant des services de Jean-Claude Juncker, le chef de l'Eurogroupe.

Côté économies budgétaires, sur le total prévu par la Grèce à la demande de ses créanciers, 7,6 milliards proviennent de coupes dans les retraites, salaires de la fonction publique et aides sociales. Le budget prévoit aussi près de deux milliards de hausse des recettes. Le PIB devrait ainsi chuter de 4,5%.

Feu vert au Portugal

Au Portugal, le parlement a lui adopté mercredi la proposition de budget pour 2013 du gouvernement de centre-droit, tenu d'accentuer la politique d'austérité menée sous la tutelle de ses créanciers en dépit d'un mécontentement grandissant. Les socialistes se sont opposés au texte.

Le budget pour l'an prochain, qui prévoit entre autres une augmentation des impôts sur le revenu et l'immobilier ainsi qu'une nouvelle taxe sur les transactions financières, va désormais être discuté en commissions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS