Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces de sécurité burkinabé sécurisent le périmètre autour du restaurant.

KEYSTONE/EPA/STR

(sda-ats)

Deux membres du commando qui a attaqué dimanche un café-restaurant à Ouagadougou ont été tués lors d'un assaut des forces d'intervention du Burkina, selon une source sécuritaire lundi. "Le bilan est de 18 morts dont deux assaillants", selon un officier burkinabè.

D'après les autorités, "l'opération a pris fin". Des opérations "de quadrillage, de vérification des maisons avoisinantes" se poursuivent, a précisé le ministre burkinabè de la Communication Remis Dandjinou lors d'un point presse, en avançant un bilan de "18 décès" et la "neutralisation de deux terroristes".

Trois djihadistes présumés avaient attaqué dimanche soir le café-restaurant Istanbul, fréquenté notamment par des expatriés, "aux environs de 21h00", selon un communiqué du gouvernement.

Les forces spéciales ont lancé l'assaut contre les assaillants retranchés dans l'immeuble qui abrite le café-restaurant. Peu auparavant, le gouvernement avait indiqué que cette "attaque terroriste" avait fait "17 victimes, dont les nationalités restent à préciser, et huit blessés".

Otages relâchés

Depuis 05h00 lundi, les tirs ont cessé, selon un journaliste de l'AFP, mais le périmètre autour du café-restaurant Istanbul était toujours bouclé par l'armée. La police scientifique était déployée sur le site.

Le ministre de la Communication a confirmé lors de son point presse que "des personnes ont été retenues" par les assaillants, et que "certaines ont été relâchées", mais sans donner plus de détails. Il a évoqué des victimes "de différentes nationalités, des Burkinabè et des étrangers", sans donner de décompte précis.

Deux Suisses tués en 2016

Le restaurant Istanbul est situé à environ 200 mètres du café Cappuccino, qui avait été en janvier 2016 la cible d'une attaque djihadiste sanglante, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Cette attaque, dans laquelle les Valaisans Georgie Lamon et Jean-Noël Rey avaient péri, avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers.

Frontalier du Mali et du Niger, le Burkina Faso est le théâtre d'attaques djihadistes régulières depuis 2015.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS