Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Côte d'Ivoire: Gbagbo veut le départ de l'Onuci et des Français

Abidjan - Laurent Gbagbo, l'un des deux présidents auto-proclamés de Côte d'Ivoire, a demandé samedi le départ "immédiat" de la mission de l'ONU dans le pays, l'Onuci, ainsi que celui de la force militaire française "Licorne". Le gouvernement Gbagbo reproche à l'Onuci de contribuer "à diviser le peuple ivoirien".
"Le gouvernement ivoirien considère que l'Onuci a largement failli à sa mission en posant des actes qui ne sont pas conformes à son mandat" d'impartialité, a déclaré une porte-parole du gouvernement Gbagbo. L'Onuci est accusée d'avoir soutenu les forces ex-rebelles alliées au rival de M. Gbagbo, Alassane Ouattara.
"Cela implique que le gouvernement ivoirien s'oppose d'ores et déjà au renouvellement de cette opération qui expire le 20 décembre 2010", a ajouté la porte-parole.
La radio de l'Onuci est également mise en cause par le communiqué du gouvernement Gbagbo pour s'être "érigée en relais médiatique" des partisans de M. Ouattara. On lui reproche d'avoir diffusé "à longueur de journée des émissions appelant à la haine, au non-respect de la décision du Conseil constitutionnel (qui a donné vainqueur M. Gbagbo à la présidentielle, ndlr) et à la désobéissance civile".
Tirs sur l'Onuci
L'opération onusienne compte quelque 10'000 Casques bleus et la force "Licorne" de l'ex-puissance coloniale française environ 900 hommes. L'Onuci a indiqué que son siège avait essuyé des tirs dans la nuit de vendredi à samedi à Abidjan.
La tension est pourtant toujours à son comble dans le pays entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, ainsi qu'entre leurs partisans respectifs. La capitale ivoirienne, Abidjan, a été jeudi le théâtre de violents affrontements entre les deux camps qui ont fait de onze à trente morts, selon les sources ainsi qu'au moins 80 blessés.
Appel au combat
Charles Blé Goudé, leader des jeunes partisans de Laurent Gbagbo, a appelé samedi le peuple "à s'apprêter à livrer" le "combat" contre le camp de son rival Alassane Ouattara.
Plusieurs centaines d'Ivoiriens favorables à Alassane Ouattara ont manifesté samedi à Paris pour demander à la communauté internationale et à la France de "chasser Laurent Gbagbo". Leur nombre était estimé à 300 selon la police, et un millier selon les organisateurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.