Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné vendredi l'embuscade qui a tué sept Casques bleus nigériens dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. Il a exprimé sa "grave inquiétude" à propos de l'insécurité dans cette région frontalière du Liberia. Des civils ont également perdu la vie dans ce coup de force.

Les membres du Conseil de sécurité se disent également très inquiets "des mouvements transfrontaliers d'éléments armés, dont des milices et des mercenaires", souligne la déclaration du Conseil.

Mais des civils ont également été tués dans cette attaque. "Selon nos informations, au moins huit civils ont perdu la vie, dont une femme", a déclaré Anouk Desgroseilliers, responsable de la communication du Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) en Côte d'Ivoire.

Le Conseil de sécurité demande à Abidjan de "coopérer avec toutes les parties concernées pour identifier et poursuivre en justice les responsables de cette attaque". Les membres "réitèrent leur soutien total" à l'ONUCI (Opération de l'ONU en Côte d'Ivoire).

Première attaque de ce genre

Un peu plus tôt, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'était déclaré "attristé et scandalisé", condamnant "vivement l'attaque". Il a indiqué à la presse que 40 autres Casques bleus "étaient restés avec les villageois dans cette région reculée pour les protéger du groupe armé" qui a mené l'attaque.

Sept Casques bleus nigériens de l'ONUCI ont été tués vendredi dans une embuscade dans l'ouest du pays, menée selon le gouvernement ivoirien par des assaillants venus du Liberia.

Il s'agit de "la première attaque de ce genre" contre l'ONUCI, présente dans le pays depuis 2004 et comptant quelque 11'000 éléments (Casques bleus, policiers et employés civils), a souligné un porte-parole de l'ONUCI.

Région de loin la plus instable de Côte d'Ivoire, tiraillée par des tensions ethniques sur fond de conflits fonciers, l'Ouest a été la zone la plus meurtrie durant la crise politico-militaire de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3000 morts à travers le pays.

ATS