Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Le Conseil des droits de l'homme s'est alarmé jeudi des atrocités commises en Côte d'Ivoire et a demandé à toutes les parties d'y mettre fin immédiatement. L'ONU craint une escalade de la violence et a indiqué qu'au moins 173 personnes ont été tuées en une semaine.
"Entre le 16 et le 21 décembre, les responsables des droits de l'homme sur place ont reçu des informations sur 173 meurtres, 90 cas de tortures et mauvais traitements, 471 arrestations, 24 cas de disparitions forcées ou involontaires", a affirmé la Haut Commissaire adjointe aux droits de l'homme Kyung-Wha Kang.
La responsable de l'ONU a dénoncé "l'usage excessif de la force par les partisans de Laurent Gbagbo". Elle a déploré par ailleurs l'impossibilité pour les forces de l'ONU d'enquêter, "y compris sur des informations concernant des charniers", ainsi que les restrictions au déplacement du personnel de l'ONU.
L'ambassadrice des Etats-Unis à Genève Betty King a de son côté fait état "d'informations crédibles" selon lesquelles près de 200 personnes ont été tuées dans les violences qui ont suivi l'élection présidentielle du 28 novembre.
Adoption par consensusAu terme d'une journée de difficiles négociations en coulisses, le texte proposé par le Nigéria au nom du groupe africain et adopté par consensus demande au Conseil de rester saisi de la situation en Côte d'Ivoire et de prendre "les mesures appropriées si la situation des droits de l'homme se détériore sur place". Le texte ne précise pas la nature de ces mesures.
Devant la CPIGuillaume Soro, le premier ministre choisi par Alassane Ouattara, a lui estimé que le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo devrait être traduit devant la Cour pénale internationale (CPI) pour les événements survenus depuis le second tour de l'élection présidentielle.
"Nous attendons que la CPI puisse envoyer une mission en Côte d'Ivoire, établir la responsabilité des uns et des autres et que tous ceux qui sont impliqués d'une manière ou d'une autre soient transférés à La Haye", a déclaré M. Soro au quotidien "Libération".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS