Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Abidjan - Le camp d'Alassane Ouattara, un des deux présidents ivoiriens proclamés, a demandé ce mercredi à la communauté internationale de faire usage de la force pour déloger du pouvoir son rival Laurent Gbagbo. Mais celui-ci a réaffirmé qu'il était le "président".
L'appel à la force est intervenu peu après une recommandation de la France à ses ressortissants de quitter "provisoirement" la Côte d'Ivoire. L'Allemagne, la Suède, le Portugal et le Nigéria lui ont emboîté le pas.
"Après toute la pression internationale et les sanctions qui n'ont pas produit d'effet sur M. Gbagbo, il est évident qu'il n'y a qu'une solution qui reste, celle de la force", a déclaré Guillaume Soro, premier ministre désigné par Alassane Ouattara, à une chaîne de télévision française.
Risques de guerre civile"Tous les ingrédients d'une guerre civile sont réunis et c'est peut-être ce qui a inspiré la décision de Paris" de rappeler ses ressortissants, selon M. Soro. "Nous sommes face à une folie meurtrière et il n'est pas exclu que ce régime qui se sent aux abois, désavoué (...) devienne de plus en plus violent et suive la voie suicidaire", a-t-il estimé.
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait également mis en garde mardi contre "les risques réels de guerre civile". L'ancien secrétaire général, Kofi Annan, a lui exhorté M. Gbagbo à abandonner le pouvoir au profit de M. Ouattara. Le Ghanéen a appelé "à ne pas déclencher la violence" dans ce pays.
Les pressions politiques, sanctions et menaces, n'ont jusqu'à ce jour eu apparemment aucun effet sur Laurent Gbagbo. Dans un discours mardi, il n'a laissé planer aucun doute: "Je suis le président de la République". Il a proposé un "comité d'évaluation" en vue d'un "règlement pacifique" de la crise qui, selon l'ONU a fait au moins 50 morts en moins d'une semaine.
Le président de la Banque Mondiale (BM), l'américain Robert Zoellick, a pour sa part annoncé depuis Paris que son institution gelait les financements de la Côte d'Ivoire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS