Toute l'actu en bref

Les irrégularités s'accumulent au sein de la voirie de la ville de Zurich (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Une semaine après la suspension son directeur Urs Pauli, d'autres irrégularités ont fait surface à la voirie de la ville de Zurich. Une caisse noire contenant près de 220'000 francs a été découverte. Le municipal Filippo Leutenegger (PLR) demande une enquête externe.

Un coffre-fort a été saisi vendredi dernier dans les bureaux de la voirie et du recyclage (ERZ), indique la municipalité zurichoise mercredi. Il contenait 215'000 francs et 2200 euros en liquide.

Urs Pauli a confirmé avoir eu accès à ce coffre-fort et avoir géré son contenu, a déclaré Filippo Leutenegger devant les médias. Cette caisse n'apparaît pas dans les décomptes officiels du service, ce qui enfreint aux règles sur les comptes de la ville.

"Apparemment, cette caisse existe depuis 15 ans à l'ERZ", a précisé le municipal en charge des travaux publics et de la voirie. Son contenu proviendrait de la vente de véhicules de la voirie.

La saisie a été effectuée par le Ministère public à la suite d'une plainte déposée par M. Leutenegger contre Urs Pauli pour soupçon de gestion déloyale. On ne sait pour l'heure pas combien d'argent est entré et sorti de la caisse, ni ce à quoi il a été utilisé. La suite de l'enquête devra le clarifier.

Sept autres voitures de fonction

La semaine dernière, M. Leutenegger avait informé de la suspension immédiate du directeur de la voirie Urs Pauli. On lui reprochait d'avoir acheté, en 2012, sans autorisation une voiture de fonction de plus de 100'000 francs, également utilisée à des fins privées.

La municipalité indique mercredi que M. Pauli n'était pas le seul à disposer d'une voiture de fonction. Il aurait autorisé sept cadres de la voirie à utiliser des voitures de service de manière exclusive et à des fins privées. Ces véhicules ont été confisqués et seront vendus.

Toutefois, ces véhicules sont des "voitures normales", a précisé M. Leutenegger, "bien meilleur marché que celle de M. Pauli". La plus chère a une valeur de 50'000 francs.

"Menés par le bout du nez"

Il s'agit désormais de savoir si les services de voirie et recyclage sont en proie à d'autres irrégularités. M. Leutenegger a demandé à l'exécutif de la ville de mandater une enquête externe.

Par ailleurs, le municipal se réserve le droit d'attaquer M. Pauli sur le plan de la justice civile, s'il s'avère que la ville de Zurich a subi des dommages par sa faute. "J'ai la forte impression que Urs Pauli nous a mené par le bout du nez, moi et ma prédécesseur", a déclaré M. Leutenegger.

Déjà un avertissement en 2015

Directeur de la voirie et du recyclage depuis 2008, Urs Pauli avait déjà été pointé du doigt. En 2015, une enquête administrative avait démontré que le crédit alloué à la centrale thermique de traitement des ordures ménagères de Hagenholz avait été dépassé de 14,5 millions de francs.

L'enquête avait révélé des manquements en interne, mais n'avait pas pu démontrer qu'ils relevaient du droit pénal. Urs Pauli avait alors reçu un avertissement, car la Ville l'avait tenu responsable des manquements et du dépassement de crédit.

ATS

 Toute l'actu en bref