Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cancún - Près de 200 pays rassemblés à Cancun ont adopté une série de mécanismes - encore embryonnaires - pour lutter contre le réchauffement climatique. Un accord accueilli par une ovation qui tourne la page de l'immense déception de Copenhague, mais renvoie à plus tard les discussions sur le protocole de Kyoto.
Le texte prévoit notamment la création d'un Fonds vert pour aider les pays en développement à faire face au réchauffement. Il inclut aussi un mécanisme pour lutter contre la déforestation et le partage de technologies vertes.
L'objectif du rendez-vous mexicain était d'abord de redonner souffle au processus de négociation onusien, fortement ébranlé par l'immense déception née du sommet de Copenhague il y a un an.
Le texte adopté à l'issue de 12 journées de négociations intenses et parfois tendues "ouvre une nouvelle ère pour la coopération internationale sur le climat", a assuré la ministre mexicaine des Affaires étrangères.
Points inscrits dans le marbre
Quelques heures plus tôt, le texte de compromis mis sur la table par le Mexique avait reçu le soutien très appuyé de l'écrasante majorité des 194 pays de la convention de l'ONU sur le climat.
La principale vertu du texte, adopté en dépit de l'opposition de la Bolivie, est d'inscrire dans le marbre de nombreux points de l'accord politique de Copenhague, jamais adopté par la convention de l'ONU.
C'est en particulier le cas de l'objectif de limiter la hausse de la température moyenne de la planète à 2 degrés au-dessus des niveaux pré-industriels.
Protocole de Kyoto
Le texte permet aussi de désamorcer, à la faveur d'une formule ambiguë, la "bombe" de l'avenir du protocole de Kyoto, qui menaçait l'issue des discussions à Cancun. Arrivant à échéance fin 2012, ce protocole constitue toujours le seul traité juridiquement contraignant sur le climat.
Les pays développés ont promis à Copenhague de mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Le Fonds vert, qui verra transiter une partie importante de ces fonds, aura un conseil d'administration avec représentation équitable entre pays développés et en développement.
Le texte pose par ailleurs les bases d'un mécanisme visant réduire la déforestation à l'origine d'environ de 15% à 20% des émissions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS