Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Essayé pas pu pour Fabian Cancellara. "Spartacus" s'est classé au 6e rang de "son" étape du Tour de France à Berne, où son grand rival slovaque Peter Sagan a raflé la mise.

"J'ai donné le maximum, mais au final il m'a manqué un petit quelque chose", a résumé le coureur d'Ittigen, mi-déçu mi-satisfait de l'issue de cette 25e arrivée de la Grande Boucle en Suisse, la première dans la capitale.

"C'était une opportunité unique de jouer une étape à 3-4 km de mon domicile, devant tous mes fans. J'aurais voulu gagner", a-t-il relevé. "Mais d'un autre côté, je n'ai pas grand-chose à me reprocher. Je me suis retrouvé face aux meilleurs sprinters, et c'était trop difficile pour moi", a-t-il reconnu.

Pour s'imposer, Fabian Cancellara aurait dû profiter des deux petites côtes dans le quartier historique de la "Matte", dans l'avant-dernier kilomètre, pour faire parler sa puissance. "Mais cela roulait trop vite à ce moment-là pour s'échapper. Une arrivée au sprint était inévitable", a raconté le Bernois, certes rapide dans ce type d'exercice, mais pas autant que les Peter Sagan (1er), Alexander Kristoff (2e), Sondre Holst Enger (3e), John Degenkolb (4e) et autre Michael Matthews (5e).

Fabian Cancellara a assuré qu'il serait au départ mercredi de la prochaine étape. Reste qu'il n'a aucune chance dans les Alpes. Le futur retraité - en fin de saison - misait tout sur cette étape de Berne pour enrichir son palmarès sur le Tour, déjà riche de sept victoires d'étape et 29 jours avec le maillot jaune.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS