Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Image d'un carcinome sur l'intestin. Chaque année, 4300 cas de cancer de l'intestin sont diagnostiqués en Suisse.

KEYSTONE/Ligue contre le cancer

(sda-ats)

Les programmes de dépistage du cancer de l'intestin gagnent du terrain, notamment en Suisse romande. Détectés à temps, les cas peuvent souvent être traités avec succès. Chaque année, on compte 4300 nouveaux diagnostics.

Ce type de cancer se manifeste souvent après plusieurs années, alors qu'il se trouve déjà à un stade avancé, note la Ligue suisse contre le cancer dans un communiqué mardi. Parmi les 4300 cas diagnostiqués, cinq ans après le dépistage, six patients sur dix sont encore en vie, assure-t-elle. La ligue recommande donc à toutes les personnes dès 50 ans de se soumettre à un test de dépistage.

Et de constater que la Suisse favorise l'égalité des chances dans l'accès au dépistage du cancer du côlon. Les femmes et les hommes dès 50 ans sont invités à se soumettre à un examen dans le cadre de programmes de dépistage systématique, et les assurés sont exemptés de la franchise. C'est déjà le cas dans les cantons d'Uri et de Vaud, et un projet pilote a été lancé au Tessin.

Dès le mois de juin 2018, les cantons de Genève, du Jura et de Neuchâtel proposeront également des programmes de dépistage du cancer de l'intestin. Le Valais et plusieurs cantons de Suisse alémanique suivront début 2019.

Deux méthodes

Il existe deux méthodes éprouvées pour dépister le cancer de l'intestin: le test de sang occulte dans les selles et la coloscopie. La première méthode est disponible auprès d'un médecin ou en pharmacie. Elle permet de rechercher des traces de sang invisibles à l'oeil nu qui peuvent révéler la présence d'un cancer ou de polypes, signes précurseurs de la maladie.

La présence de sang peut cependant avoir d'autres causes, d'où la nécessité de procéder à un examen de confirmation, la coloscopie qui consiste à introduire dans le côlon une caméra fixée sur un endoscope. Cette méthode, en principe indolore, est la plus fiable pour détecter le cancer de l'intestin ou ses signes avant-coureurs.

L'assurance de base prend en charge les coûts du test de sang occulte dans les selles tous les deux ans et de la coloscopie tous les dix ans pour les personnes âgées de 50 à 69 ans, rappelle la Ligue suisse contre le cancer. En dehors d'un programme officiel, la franchise et la quote-part sont à la charge des assurés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS