Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de cambriolages n'a jamais été aussi bas depuis 1985 dans le canton de Genève (image symbolique).

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

La criminalité est en recul dans le canton de Genève. Entre 2011 et 2016, le nombre de cambriolages, brigandages et vols à la tire ont baissé de près de 50%, selon la police. Le trafic de stupéfiants a quant à lui diminué pour la première fois en cinq ans.

Cette baisse des délits s'explique notamment par une présence policière renforcée dans les rues, explique lundi la cheffe de la police genevoise Monica Bonfanti devant les médias. Les contrôles de personnes et de véhicules ont aussi grimpé, passant de 26'639 en 2011 à 41'340 en 2016.

La police a d'ailleurs fait une importante pioche l'année dernière. En raison d'une "affaire", le nombre d'armes saisi a bondi de près de 300% de 2015 à 2016. Ce pourcentage est très élevé, mais c'est un seul cas qui l'explique, précise Monica Bonfanti, sans vouloir en dire plus.

Ce n'est pas lié à un acte terroriste, assure-t-on. "L'enquête est encore en cours", glisse-t-elle. La cheffe de la police était accompagnée par l'Etat major in corpore, mais le conseiller d'Etat Pierre Maudet était absent. Il est en déplacement à Bruxelles avec la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Réseau en France

Le nombre de cambriolages est quant à lui passé de 9469 à 4535 durant cette même période. Soit le chiffre le plus bas depuis 1985 et ce malgré la croissance démographique, souligne la Tessinoise. Pas de quoi plastronner toutefois, le taux de cambriolages reste élevé par rapport au reste de la Suisse, admet-elle.

Durant la même période, le nombre de brigandages a lui dégringolé de 563 à 317 et celui des vols à la tire de 7637 à 4091. La lutte contre le trafic de stupéfiants a aussi porté ses fruits.

Le nombre d'infractions s'élève à 3255 l'année dernière contre 3543 en 2011. Au total, environ 1500 individus ont été interpellés. Les forces de l'ordre ont aussi saisi plus de 17 kilos de cocaïne et 46 kilos de marijuana, a illustré François Schmutz, chef de la police judiciaire.

Le trafic de rue dans les "points chauds", comme aux Pâquis ou le long des rives du Rhône a diminué de l'ordre de 60% à certaines heures, constate-t-il. Le réseau de distribution s'est déporté à l'extérieur des frontières, notamment en France.

Autre point positif, relevé par Monica Bonfanti: les plaintes pour usage abusif de la contrainte qui ont reculé de 46%. Et il n'y a pas eu une nouvelle nature de plainte qui pourrait expliquer cette diminution, assure-t-elle, interrogée par une journaliste.

Aux aguets

Ces chiffres sont encourageants, mais la violence avec d'autres armes, lors de hold-up par exemple, ou le terrorisme, continuent de donner du fil à retordre à la police.

Avec les infrastructures de l'aéroport de Genève qui s'agrandissent aussi toujours plus, la police est également beaucoup plus aux aguets. En 2016, la police a ainsi procédé à des dizaines de déminages en raison de colis suspects ou autres.

Raison pour laquelle, les effectifs de la police ont aussi augmenté en 2016. La police de proximité par exemple reste sous-dotée, insiste Monica Bonfanti. Or elle a fait ses preuves, il faut donc continuer les efforts dans ce domaine. Notamment.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS