Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les économies prévues par le Conseil fédéral pour les transports régionaux menacent directement 160 lignes. Des régions entières pourraient être coupées du trafic public, ont dénoncé jeudi l'ATE, les cantons et les milieux touristiques en exigeant un retour en arrière.
Dans son programme de consolidation, le gouvernement prévoit de tailler 15 millions par an dans les subventions au trafic régional dès 2012. "Cela signifie concrètement la mort pour 160 lignes", a déclaré aux médias Franziska Teuscher, présidente de l'Association transports et environnement (ATE).
Les cars postaux sont particulièrement concernés: une ligne sur cinq pourrait disparaître et presque tous les cantons sont concernés. En Valais par exemple, la liaison entre Chamoson et Ovronnaz, la desserte des Crosets et Champoussin (Portes du Soleil) ou encore celle de la vallée de Trient font partie des 18 sur la sellette. Très touché, le canton de Vaud pourrait perdre 26 dessertes et le Jura 34% de ses lignes.
Résultat, la population devrait se déplacer en voiture, faisant augmenter les émissions de CO2. Souvent dépendants du trafic public, les enfants, les personnes âgées et les handicapés seraient les premiers pénalisés. Le tourisme de randonnée et d'excursion à ski souffrirait également, le point de départ d'une balade devant plus souvent être atteint en voiture.
Des conséquences d'autant plus inacceptables pour l'ATE que les finances fédérales sont bonnes. Pour la 4e année consécutive, le ministre des finances Hans-Rudolf Merz s'est lourdement trompé en prédisant pour 2010 un déficit de plus de 2 milliards. Une extrapolation publiée mercredi évoque un excédent de 600 millions, a critiqué Mme Teuscher.
Il n'y a donc aucune raison de mener une politique d'austérité Les économies prévues par le Conseil fédéral pour les transports régionaux menacent directement 160 lignes. Des régions entières pourraient être coupées du trafic public, ont dénoncé jeudi l'ATE, les cantons et les milieux touristiques en exigeant un retour en arrière.totalement exagérée et qui porte gravement préjudice à de nombreuses régions. "C'est de la pure provocation à l'égard des régions périphériques et c'est inacceptable pour les cantons", a renchéri le Vaudois François Marthaler, président de la Conférence des directeurs cantonaux des transports publics.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS