Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Caran d'Ache maintient l'objectif d'un taux de croissance à un chiffre cette année, tout comme en 2015. Le fabricant genevois de crayons et de matériel d'écriture affirme avoir maîtrisé le défi posé par l'abandon du cours plancher de l'euro, non sans quelques soucis.

"Les mesures immédiates que nous avons prises suite à la décision de la Banque nationale suisse ont eu des effets psychologiques importants chez nos 180 partenaires à travers le monde", dit lundi Carole Hubscher, président du conseil d'administration de la société familiale qui a fêté ses 100 ans en 2015, dans une interview parue dans Le Temps.

"Nos commandes ayant été divisées par deux, nous avons décidé de soutenir nos marchés d’exportation, en prenant à nos frais une partie du taux de change (plafond de l'euro à 1,10 franc). L’essentiel des frais (achats de pigments et de métaux) est en francs. Seul le cèdre de Californie, pour la confection de nos crayons, est libellé en dollars."

Suisse et Europe devant

Concernant les débouchés, Carole Hubscher rappelle que "la Chine, le Brésil et la Russie sont des marchés importants. Mais pas autant que la Suisse et l’Europe où, malgré la force du franc, nous sommes parvenus à croître. Nous avons ouvert de nouveaux magasins en nom propre notamment à Genève, à Zurich, à Berlin, à Tokyo et à Bucarest."

Au-delà, la présidente de Caran d'Ache, bientôt 49 ans et en poste depuis 2012, souligne l'attachement de l'entreprise au canton de Genève. "Caran d’Ache est aux beaux-arts ce que la gastronomie est à la cuisine. Notre ancrage local, ou plus précisément la qualité suisse de nos produits, est notre principal atout commercial."

Caran d'Ache a par ailleurs fait connaître un projet de déménagement pour des questions d'approvisionnement en matières premières, tout en restant à Genève. "S'il a lieu, ce ne sera pas avant cinq ou dix ans", note Carole Hubscher, qui ajoute que la production quotidienne de crayons de Caran d'Ache équivaut à la distance Genève-Rome.

ATS