Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont (au centre) entonne la Rauracienne lors de la Fête du peuple jurassien dimanche à Delémont. Il est entouré de Français Lachat (à droite) et du secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) Pierre-André Comte.

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Carles Puigdemont, ancien président indépendantiste de la Catalogne, est venu apporter son soutien aux autonomistes jurassiens lors de la Fête du peuple. L'occasion pour les autonomistes de dénoncer l'attitude du gouvernement bernois sur le dossier de Moutier (BE).

C'est sous les acclamations de centaines de personnes que le leader indépendantiste catalan a fait son entrée dimanche sous le chapiteau accueillant les festivités de la Fête du peuple à Delémont. Carles Puigdemont était accompagné de François Lachat, le premier président du Gouvernement jurassien et figure charismatique du canton.

L'hôte d'honneur a signé moult autographes et s'est prêté au jeu des "selfies", des poignées de main et des accolades. Sa sécurité était assurée par plusieurs gardes du corps. Dans son allocution, Carles Puigdemont a fait l'éloge du courage et de la fraternité. Il n'a jamais évoqué expressément l'avenir de la ville de Moutier.

Liens fraternels

"Merci de votre solidarité à l'égard de la Catalogne", a déclaré le leader indépendantiste qui relève que le Jura est une référence en Catalogne. Prônant la non-violence, il a évoqué dans son discours la situation politique en Catalogne. En marge de la partie officielle, il a salué la démocratie suisse qui "donne la voix aux citoyens".

Le leader indépendantiste catalan, qui vit aujourd'hui en exil en Belgique, avait répondu à une invitation du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ). "Depuis longtemps, les Catalans sont intéressés à l'histoire du Jura et sont solidaires de notre mouvement", a expliqué son secrétaire général Pierre-André Comte.

MAJ combatif

Sur le dossier de Moutier, le MAJ a adopté un ton ferme alors que le climat n'est pas à l'apaisement dans l'attente de l'issue des sept recours contestant la validité du vote du 18 juin 2017. "Nous n'accepterons jamais que le canton de Berne puisse remettre en cause le scrutin", a lancé Pierre-André Comte.

Le MAJ n'a pas non plus épargné la Confédération. "Elle ne doit pas jouer les ponce pilate", a lancé le secrétaire général, ajoutant que le déplacement de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga le 3 septembre à Moutier était inutile. "La Confédération doit savoir que les autonomistes ne se laisseront pas voler la victoire".

Hypothèse des autonomistes

M. Comte estime que le vote sur l'appartenance cantonale de la cité prévôtoise ne sera pas répété. Il relève qu'à son avis la préfète du Jura bernois pourrait décerner un blâme à la municipalité autonomiste de Moutier et formuler des considérations justifiant les recours mais sans pour autant annuler le scrutin.

"Autrement dit, on enroberait de contorsions le feu vert au transfert de Moutier dans le canton du Jura", a avancé le secrétaire général du MAJ. Les militants autonomistes n'ont d'ailleurs cessé de le répéter durant cette 71e Fête du peuple, Moutier rejoindra tôt ou tard le canton du Jura.

Le vote du 18 juin 2017, qui a vu une faible majorité des citoyens choisir de rejoindre le canton du Jura, fait encore l'objet de sept recours. Les milieux antiséparatistes contestent la validité de ce scrutin. Une décision de la préfète du Jura bernois doit tomber à fin octobre.

Tant les autonomistes que les partisans du maintien de Moutier dans le canton de Berne ont annoncé qu'ils feraient recours au Tribunal administratif bernois, puis au Tribunal fédéral (TF) s'ils étaient désavoués en première instance. La commune de Moutier devra donc gérer l'incertitude qui découle de cette situation.

Nouvel animateur du Bélier

Cette manifestation a également été l'occasion pour le groupe Bélier de présenter son nouvel animateur. Jonathan Gosteli va succéder à Clément Piquerez qui a passé huit ans à la tête du mouvement de lutte. "Nous nous engageons à ne pas faire usage de moyens excessifs", a déclaré sans plus de détails le nouveau responsable.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS