Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Carles Puigdemont harcelé par les médias à son arrivée à Copenhague lundi matin

KEYSTONE/EPA SCANPIX DENMARK/TARIQ MIKKEL KHAN

(sda-ats)

L'ex-président catalan Carles Puigdemont a été proposé lundi comme candidat pour présider à nouveau la région sécessionniste. Le nouveau chef du parlement catalan Roger Torrent l'a annoncé en fin de matinée alors que M. Puigdemont était en déplacement à Copenhague.

Cette proposition fera l'objet d'un débat suivi d'un vote au parlement régional à la fin du mois de janvier. Réélu député régional le 21 décembre dernier, Carles Puigdemont était le seul candidat à la présidence du gouvernement catalan.

Soutenue par les deux formations du camp séparatiste, la candidature de M. Puigdemont à l'investiture comme président de la Generalitat (chef du gouvernement catalan) s'avère toutefois problématique.

Exilé en Belgique depuis le 30 octobre, il devra être investi à distance, ce que les services juridiques du parlement ont déjà jugé contraire à la Constitution. Et s'il rentre en Espagne, où il est poursuivi pour "rébellion et sédition" en lien avec la tentative de sécession du 27 octobre dernier, il risque d'être arrêté.

Reste que le Tribunal suprême espagnol a rejeté lundi la demande du parquet général d'Espagne de réactiver immédiatement le mandat d'arrêt européen contre l'ancien président catalan. Le tribunal précise qu'une décision sur une éventuelle réactivation de ce mandat ne sera pas prise tant que le parlement catalan n'aura pas repris son activité normale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS