Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Carles Puigdemont estime que le système suisse pourrait fonctionner en Espagne (archives).

KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ

(sda-ats)

Le dirigeant indépendantiste catalan Carles Puigdemont est attendu dimanche soir à Genève au Festival international du film sur les droits de l'homme (FIFDH). Il doit participer à un débat avec notamment l'ancienne présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey.

Cette discussion doit porter sur l'autodétermination, a ajouté mercredi le FIFDH. Carles Puigdemont, poursuivi en Espagne pour "rébellion" et en exil actuellement en Belgique, affirme ne pas souhaiter absolument une indépendance. Si sa région peut obtenir les ressources dont elle a besoin "dans le cadre d'un autre Etat", "pourquoi en faire un nouveau?", demande-t-il dans un entretien à la RTS.

Il constate toutefois que ce scénario na pas abouti et "qu'il n'y a pas d'alternative à l'indépendance" pour le moment. "Si l'Espagne était organisée comme la Suisse, il n'y aurait eu aucun problème", dit-il. Un scénario de ce type rassemblerait une majorité dans sa région, selon lui.

Le président catalan destitué n'entend toutefois pas s'installer sur le sol helvétique. "J'aime beaucoup l'idée d'être installé dans la capitale de cette patrie qu'est l'Europe", affirme-t-il.

Plainte déposée

Carles Puigdemont a renoncé provisoirement à devenir président du gouvernement catalan après les récentes élections, mais il dirige un Conseil de la République depuis son exil. Début mars, son avocat Ben Emmerson a déposé une plainte devant le Comité des droits de l'homme de l'ONU contre l'Espagne pour violations du Pacte international sur les droits civils et politiques.

De son côté, le Haut commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein s'était dit la semaine dernière "consterné" par les violences" de la police espagnole durant le référendum d'octobre dernier. Il avait ciblé "un usage excessif de la force".

La justice espagnole avait lancé en février un mandat d'arrêt contre l'indépendantiste catalane Anna Gabriel, exilée à Genève pour échapper à une éventuelle incarcération. Quatre dirigeants indépendantistes catalans sont de leur côté en détention provisoire depuis plusieurs mois.

Libre circulation

Réagissant à la venue en Suisse de Carles Puigdemont, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) souligne que son séjour est régi par l’accord de libre circulation des personnes. Comme citoyen espagnol, M. Puigdemont peut circuler librement dans l’espace Schengen, rappelle-t-il.

Il peut également tenir librement des discours politiques dans le respect de l’ordre juridique suisse. Les autorités se gardent la possibilité de prendre des mesures en cas de troubles de l’ordre public.

La question de la Catalogne est une affaire de la politique intérieure de l’Espagne, dit encore le DFAE. Elle doit être traitée dans le cadre de l’ordre constitutionnel espagnol.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS