Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, s'est présenté lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris comme "révolutionnaire de profession". Il est jugé pour quatre attentats qui ont fait onze tués et quelque 150 blessés, il y a près de 30 ans en France.

Ventripotent, le front dégarni et la barbe blanche, l'homme avait plus l'air lundi d'un retraité tranquille que d'un dangereux révolutionnaire jugé pour des "actes de terrorisme" par un tribunal composé de sept magistrats professionnels.

Tantôt accoudé à la vitre du box, tantôt en discussion avec son escorte ou assis en toute décontraction, le Vénézuélien de 62 ans donnait l'impression d'être à la cour d'assises comme d'autres sont au spectacle.

L'avocat de plusieurs parties civiles, Paul-Albert Iweins, a brocardé devant la cour les discours révolutionnaires "un peu dépassés" de Carlos et de Bernard Ripert, l'avocat de l'accusée allemande Margot Frohlich.

"Je m'aperçois que je suis renvoyé aux meetings anti-impérialistes", a-t-il ironisé, avertissant que maintenant, "il va falloir que Carlos prenne conscience qu'il n'est pas ici pour faire la révolution mais pour répondre de ses actes".

Quatre attentats

Interpellé au Soudan en août 1994, il a été condamné en 1997 par la France à la prison à vie pour le meurtre en 1975 à Paris de trois hommes, dont deux policiers.

Le défenseur de la cause palestinienne est accusé d'avoir orchestré quatre attentats afin d'obtenir la libération de sa compagne allemande Magdalena Kopp et du Tessinois Bruno Bréguet, deux membres de son groupe arrêtés à Paris en février 1982 avec armes et explosifs.

Le 29 mars 1982, une bombe explosait dans un train Paris-Toulouse faisant cinq tués et 28 blessés. Le 22 avril de la même année, l'explosion d'une voiture piégée devant le siège du magazine "Al Watan Al Arabi", rue Marbeuf à Paris, tuait une passante et faisait 66 blessés.

Enfin, le 31 décembre 1983, deux attaques terroristes touchaient la gare Saint-Charles de Marseille (deux tués et 33 blessés) et un TGV Marseille-Paris (trois morts et douze blessés).

ATS