Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le carnaval de Rio a atteint son apothéose dimanche soir avec les premiers défilés des grandes écoles de samba de la ville, annoncés par une explosion de feux d'artifices et des centaines de percussions. Le spectacle est diffusé par les télévisions dans le monde entier.

Dans la nuit, sept des treize meilleures écoles de samba de Rio ont présenté tour à tour devant 72'500 spectateurs privilégiés leurs costumes extravagants, leurs percussions assourdissantes, leurs chars monumentaux et leurs "passistas" (danseuses) à peine couvertes de quelques paillettes.

Dans la nuit de lundi à mardi, six autres écoles défileront sur la "Passerelle de la samba" (vrai nom du sambodrome), une avenue de 700 mètres bordée de gradins à ciel ouvert et de loges pour VIP, notamment pour la chanteuse Jennifer Lopez qui assistera aux défilés dimanche.

Thèmes variés

Inauguré en 1984, le Sambodrome a été conçu par l'architecte Oscar Niemeyer, aujourd'hui âgé de 104 ans. Il a été agrandi de 12'500 places et des rampes d'accès pour handicapés et des ascenseurs ont été construits. Son éclairage et son acoustique ont été améliorés.

Pour défiler, les treize écoles ont choisi d'aborder les thèmes les plus variés: hommages à la région pauvre du Nord-est, célébrations de peintres, d'écrivains ou de musiciens brésiliens. Elles se disputeront le titre convoité de "championne du carnaval", une compétition suivie avec la même passion que les grands matches de football.

Chaque école comprend entre 3000 à 5000 danseurs, souvent issus des favelas (bidonvilles). Les écoles ont dépensé jusqu'à 5 millions de dollars pour préparer le défilé, autrefois largement financé par la mafia des jeux clandestins, mais de plus en plus parrainé aujourd'hui par de grandes marques.

ATS