Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités américaines ont annoncé mardi un vaste coup de filet international contre une organisation de pirates informatiques qui dérobaient des identités en ligne et trafiquaient des numéros de cartes de crédit. Au moins 24 arrestations ont déjà eu lieu à l'issue d'une enquête effectuée dans 13 pays.

"De New York à la Norvège, en passant par le Japon et l'Australie, l''Operation Card Shop' a visé des pirates informatiques sophistiqués et très organisés qui achetaient et revendaient des identités volées, exploitaient des cartes de crédit, falsifiaient des documents et utilisaient des outils de piratage sophistiqués", explique une porte-parole du FBI, la police fédérale, dans un communiqué.

L'enquête sur quatre continents a duré deux ans avec notamment des agents du FBI infiltrés. Parmi les 24 arrestations, onze personnes ont notamment été arrêtés aux Etats-Unis (deux à New York), six au Royaume-Uni, deux en Bosnie, une en Bulgarie, une en Norvège et une en Allemagne. Les autorités aux Etats-Unis et dans les autres pays ont interrogé 30 personnes et mené 30 perquisitions.

"Carding business"

"Les arrestations de ce jour ont causé des perturbations importantes à l'économie souterraine et rappellent que les adresses IP masquées et les forums informatiques privés ne mettent pas les criminels à l'abri", ajoute le FBI.

Selon le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara, il s'agit de la "plus vaste opération de police coordonnée au niveau mondial jamais connue, en ce qui concerne les crimes impliquant des cartes de crédit", c'est-à-dire le trafic de données bancaires par internet. Quatre individus recherchés restent en fuite, précise le communiqué du procureur.

Les organismes de cartes de crédit contactés n'ont pas fait de commentaire. Le "carding business", ou les activités consistant à acheter ou vendre des données bancaires volées pour en faire une utilisation frauduleuse, est en plein essor depuis plusieurs années et représente plusieurs milliards de dollars par an.

ATS