Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon un sondage, une petite majorité de la population (48,5% contre 44,3%) est opposée à l'indépendance.

KEYSTONE/EPA EFE/TONI ALBIR

(sda-ats)

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Barcelone pour défendre un référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Le gouvernement régional séparatiste prétend organiser ce scrutin début octobre malgré son interdiction.

Devant le palais de Montjuïc, l'ancien entraîneur du FC Barcelone Pep Guardiola, indépendantiste revendiqué, a lu un manifeste devant l'assistance - 30'000 personnes selon la mairie, 47'000 selon une source séparatiste - et le président régional, Carles Puigdemont.

"Nous voterons, même si l'Etat espagnol ne le veut pas. (...) Il n'y a pas d'autre issue; la seule réponse possible, c'est voter", a-t-il lancé en catalan, espagnol et anglais, demandant le soutien de la communauté internationale contre "les abus d'un Etat autoritaire".

"Déconnexion" en cas de "oui"

Carles Puigdemont a annoncé vendredi la tenue le 1er octobre d'un référendum, interdit par la Cour constitutionnelle espagnole, sur l'indépendance de cette région de 7,5 millions d'habitants dans le nord-est de l'Espagne ayant une langue et une culture propres.

En cas de victoire du "oui", les séparatistes sont résolus à amorcer la "déconnexion" de l'Espagne. Le gouvernement conservateur espagnol mené par Mariano Rajoy s'oppose lui à tout référendum en Catalogne. Il a déclaré vouloir empêcher sa tenue sans préciser comment.

Majorité contre l'indépendance

Selon un sondage d'un institut gouvernemental catalan, plus de 73% des Catalans sont favorables à un référendum sur le modèle de celui organisé en Écosse en 2014 avec l'accord du gouvernement britannique, une option rejetée par Madrid.

Une petite majorité (48,5% contre 44,3%) est cependant opposée à l'indépendance, selon ce même sondage.

En novembre 2014, l'exécutif régional avait organisé une "consultation" symbolique, interdite par Madrid, sur l'indépendance: 2,3 millions de personnes sur six millions d'électeurs potentiels avaient participé et huit sur dix s'étaient prononcées pour la sécession.

Cela a valu au président régional de l'époque, Artur Mas, d'être condamné en mars à deux ans d'interdiction d'exercer une fonction publique élective.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS