Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'entreprise thurgovienne CCI, qui fabrique notamment des éléments de robinetterie et des filtres pour les centrales électriques, va biffer quelque 50 postes sur 182. La filiale de la société britannique IMI Critical Engineering évoque des difficultés sur le marché énergétique. Selon le syndicat Employés Suisse, 27 licenciements seront prononcés.

Les événements de Fukushima en 2011 et la fermeture prévisible de centrales nucléaires en Allemagne et en Suisse ont bouleversé le marché, souligne mardi l'entreprise basée à Bichelsee-Balterswil, dans le canton de Thurgovie, dans un communiqué. CCI a décidé de mettre l'accent sur les marchés en croissance, en Corée du Sud, en Chine, au Brésil et en Russie.

L'abolition du taux plancher par la Banque nationale suisse (BNS) s'est également fait ressentir et a encore réduit la compétitivité de l'entreprise, qui a été forcée à prendre des mesures "massives". Les fluctuations naturelles pourront toutefois absorber une grande partie des réductions de postes, souligne CCI.

Consultation déjà terminée

La période de consultation, obligatoire lors de licenciements collectifs, est déjà arrivée à son terme, a expliqué à l'ats le secrétaire régional d'Employés Suisse Alois Düring. Selon lui, l'entreprise connaît des problèmes structurels et le taux de change de l'euro a peu à voir avec cette suppression de postes.

Au total, jusqu'ici, CCI employait 182 personnes sur le site de Balterswil. Les personnes licenciées bénéficieront d'un plan social et disposeront de mesures d'accompagnement, souligne M. Düring.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS