Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les salariés du groupe agrochimique bâlois Syngenta à Monthey (VS) vont bénéficier d'une nouvelle convention collective de travail (CCT). L'accord sera signé pour une période de trois ans, jusqu'à fin décembre 2018.

La délégation patronale de Syngenta Monthey et la délégation des syndicats Unia, Syna et des Syndicats chrétiens du Valais (SCIV) ont trouvé un accord après cinq séances de négociation, précise mercredi le groupe agrochimique bâlois dans un communiqué. Par rapport au texte précédent, déjà salué par les syndicats, la délégation patronale a encore ajouté quelques améliorations.

Parmi les nouveautés: un congé d'allaitement ou la prolongation du temps de congé de trois à cinq jours en cas de décès du conjoint ou d'un enfant. Par ailleurs, l'entreprise a réitéré l'importance qu'elle accorde au partenariat social en reprenant dans la CCT le texte figurant dans son code de conduite, qui reconnaît le droit de chaque salarié à adhérer à une organisation syndicale et à négocier collectivement.

Enfin, Syngenta s'est engagé à poursuivre sa réflexion sur la prévention de la pénibilité du travail en équipe, dans le cadre d'un groupe de travail composé paritairement par des représentants du personnel et de la direction. La direction relève par ailleurs l'esprit constructif qui a prévalu tout au long des discussions.

En mai, Syngenta avait annoncé la suppression de 116 postes de travail sur les 900 que compte son site de Monthey. La multinationale avait justifié sa décision par sa volonté de maintenir l'efficacité et la compétitivité de son portefeuille.

ATS