Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La dispersion des cendres funéraires dans la nature ne provoque aucun problème sanitaire ni écologique, affirme Doris Leuthard. La ministre de l'environnement a rassuré la conseillère nationale Sylvia Flückiger (UDC/AG) lundi à l'heure des questions.

L'incinération s'effectue à 900 degrés, donc même le mercure contenu dans les plombages des dents s'évapore et est récupéré dans les filtres des installations crématoires, a expliqué la conseillère fédérale. Il n'y a en outre pas lieu de penser que ces cendres peuvent être assimilées par la bouche ou la peau, selon elle.

Pour Mme Flückiger, il est de plus en plus fréquent que les cendres de défunts soient dispersées par avion ou montgolfière, ce qui rend leur lieu d'atterrissage impossible à prévoir. Les législations étant cantonales, la conseillère nationale UDC pense que cela devient de fait une question fédérale.

Les autorités ne disposent pas de statistiques sur cette pratique, mais Doris Leuthard estime qu'elle n'atteint pas un niveau important. Et la Suisse est un pays libéral, a précisé la conseillère fédérale.

ATS