Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le site technologique BlueFactory, à Fribourg, verra gonfler ses effectifs cet automne. Une bonne centaine de personnes supplémentaires rejoindront les quelque 80 déjà présentes sur le site de l'ancienne brasserie Cardinal.

Les effectifs actuels sont principalement hébergés par l'association Fri Up. Plusieurs autres projets s'y installeront ces prochains mois: Innosquare, le Smart Living Lab, le Swiss Integrative Center for Human Health (SICHH), et la société Biofactory Competence Center.

Les grands travaux se poursuivent, parmi lesquels la rénovation de la fameuse halle bleue. Dès cet automne, plus de 120 modules en bois équipés de bureaux, laboratoires, salles de conférences et locaux techniques pourront accueillir des locataires.

Forte demande

"Pour l'instant, nous avons davantage de demandes que de places disponibles", indique le président du conseil d'administration Maurice Pasquier, dans une interview parue vendredi dans La Liberté. A terme, l'ensemble pourrait abriter plus de 2000 emplois.

Les activités techniques et scientifiques sont privilégiées, même si un volet culturel est aussi prévu. Fri-Son exprime depuis longtemps son désir d'emménager sur ce site, d'autant que la salle de concerts voit sa localisation actuelle menacée par un projet immobilier.

Des discussions ont eu lieu, mais le club devra prendre son mal en patience. "A ce stade, BlueFactory doit se concentrer sur ses activités propres. Ce n'est pas le moment approprié pour s'occuper de Fri-Son", déclare Maurice Pasquier.

Turbulences

La situation du parc et ses objectifs concrets font jaser dans le canton depuis quelques mois. Des députés au Grand Conseil ont récemment demandé des explications au Conseil d'Etat, s'inquiétant d'entendre plus parler de l'enveloppe du site que de son contenu.

Et l'éviction du directeur Jacques Laurent pour "divergences de stratégie", après seulement six mois, a surpris. Maurice Pasquier ne pipe mot sur les motifs précis de cette décision, se contentant de suggérer une erreur de casting parmi quelque 120 candidats.

"Je n'ai plus le droit de m'exprimer sur l'ancien directeur", dit-il, ajoutant toutefois que l'ex-dirigeant n'a commis aucune faute grave. Le conseil d'administration s'est aussi séparé de la responsable communication et marketing, Laure Schönenberger.

Dans l'attente d'un nouveau directeur, Edgar Theusinger a pris les rênes ad intérim. Cet ancien dirigeant de l'entreprise UCB Farchim à Bulle (FR) est actif comme indépendant dans la gestion d'entreprise. Il avait déjà pris provisoirement les commandes de l'Hôpital fribourgeois lors du départ de Pauline de Vos Biolay en 2013.

ATS