Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Espagne a autorisé le mariage gay en 2005. Elle a été rejointe vendredi par l'Allemagne, ce dont se félicitaient les participants de la WorldPride de Madrid.

KEYSTONE/EPA EFE/J.P.GANDUL

(sda-ats)

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé samedi dans Madrid pour la World Pride, la marche mondiale des fiertés des communautés LGBT. Une cinquantaine de chars décorés ont parcouru le trajet tracé dans le centre de la capitale espagnole.

Ils ont conféré une atmosphère de carnaval au plus important rassemblement au monde en faveur des droits des homosexuels, bisexuels et transgenres.

La marche arc-en-ciel s'est ébranlée joyeusement vers 17h00, sous un ciel bleu balayé de quelques nuages. Depuis sa création, en 2000, la World Pride se tient chaque année dans une ville différente.

"Liberté, égalité, diversité"

Sur la célèbre plaza Mayor, Madrid a affiché clairement son message couleur: "Quels que soient tes amours, Madrid t'aime". Et les mots liberté", "égalité", "diversité" apparaissaient tout au long du parcours de la manifestation, de la gare d'Atocha à la place Colon.

En tête du défilé, les principaux partis espagnols, de droite comme de gauche, étaient - pour la première fois - tous représentés derrière la banderole "pour les droits dans le monde entier des LGTBI" (lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes).

La toute dernière lettre ajoutée au sigle, le I, se réfère aux personnes "intersexuées", nées avec des organes génitaux ni totalement masculins ni totalement féminins.

Persécutions en Tchétchénie

Les couples homosexuels sont très nombreux à afficher leur relation au quotidien à Madrid et les marches annuelles "des fiertés" LGBT y attirent invariablement une foule immense, où les drag-queens voisinent avec des mâles bodybuildés dénudés. Mais la plupart des manifestants marchent simplement pour "normaliser ce qui est normal", a expliqué l'organisateur Juan Carlos Alonso.

L'Espagne n'a abrogé qu'en 1979 la loi considérant les homosexuels comme des individus dangereux et passibles de peines de prison. Mais en 2005, ce pays a fait sensation en autorisant le mariage entre personnes de même sexe. L'Allemagne a quant à elle rejoint vendredi la liste des 20 pays occidentaux ayant légalisé le "mariage homosexuel".

Le fossé se creuse entre les pays qui se veulent pionniers dans la protection de la "diversité sexuelle" et ceux qui traquent et répriment l'homosexualité. Les organisateurs voulaient en particulier insister sur "la persécution intolérable" vécue par la communauté LGBTI en Tchétchénie.

Selon l'association internationale LGBTI (ILGA), les relations sexuelles consenties entre hommes adultes restent illégales dans 72 pays et les rapports entre femmes dans 45.

"La peine de mort pour les actes sexuels entre personnes de même sexe peut encore être appliquée dans huit pays" ou dans certaines régions, rappelle l'ILGA, citant l'Iran, l'Arabie saoudite, le Yémen, le Soudan, la Somalie, le Nigeria et les territoires contrôlés par le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Chars sous protection

A Madrid, une partie de la communauté LGBT a dénoncé cette année la tournure trop mercantile prise par la World Pride, avec la présence de chars parrainés par des multinationales.

Sur fond de crainte de nouveaux attentats en Europe, la capitale espagnole avait mis en place de strictes mesures de sécurité, mobilisant 3500 policiers, agents et pompiers rien que pour le défilé.

L'Espagne a été épargnée par les attentats meurtriers de l'EI qui ont frappé Londres, Paris, Bruxelles, Berlin. Mais c'est à Madrid qu'avaient eu lieu, en 2004, les attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe, avec 191 morts.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS