Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Galvanisés par la sortie de prison de Leopoldo Lopez, un de leurs chefs de file, les partisans de l'opposition vénézuélienne ont célébré le centième jour de leur mobilisation contre l'administration socialiste de Nicolas Maduro.

KEYSTONE/AP/FERNANDO LLANO

(sda-ats)

Galvanisés par la sortie de prison de Leopoldo Lopez, un de leurs chefs de file, les partisans de l'opposition vénézuélienne ont célébré le centième jour de leur mobilisation contre l'administration socialiste de Nicolas Maduro. Ils se sont réunis près de la capitale.

Comme lors des précédentes manifestations, les opposants vêtus de blanc se sont rassemblés sur un grand axe routier de l'est de Caracas. Beaucoup de ces rencontres ont donné lieu à des heurts avec les forces de l'ordre. Nonante personnes ont perdu la vie depuis le début du mois d'avril.

"Nous ne renonçons pas. Le fait que Leopoldo soit chez lui nous donne la force de continuer le combat", s'est réjouie une manifestante.

Condamné à 14 ans de prison pour incitation à la violence après les manifestations de 2014 qui ont fait 43 morts, Leopoldo Lopez a été transféré samedi en résidence surveillée. La Cour suprême a invoqué des irrégularités dans la procédure judiciaire et la santé du prisonnier.

"Il est très affaibli parce qu'il a eu une infection généralisée en prison", a indiqué Leopoldo Lopez Gil à Madrid après s'être entretenu au téléphone avec son fils.

"Contre la tyrannie"

L'épouse de Leopoldo Lopez, Lilian Tintori avait plaidé sa cause dans le monde entier, notamment à la Maison Blanche. Dimanche, à Caracas, elle s'est adressée aux manifestants. "Je ne peux pas dire que nous soyons satisfaits alors que le pays souffre, que des enfants trouvent leur nourriture dans les ordures, qu'il n'y a pas de médecine au Venezuela", a-t-elle déclaré.

"Cent jours et je reste en rébellion contre la tyrannie", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par nombre des quelque 2000 manifestants rassemblés dans l'est de Caracas.

"Nous arrivons aujourd'hui au centième jour de résistance au Venezuela et nous continuons à manifester dans la rue avec encore plus de fermeté face au plébiscite" que Nicolas Maduro entend organiser, a déclaré le député Juan Andres Mejia, au cours d'une conférence de presse du mouvement d'opposition MUD.

Référendum officieux

L'opposition organise le week-end prochain un référendum officieux sur le projet controversé de réforme constitutionnelle de Nicolas Maduro, deux semaines avant les élections constituantes du 30 juillet. Selon l'institut Datanalisis, sept Vénézuéliens sur dix sont hostiles à la réforme de la Constitution.

ATS