Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Etat cherche de nouvelles solutions pour inciter les cantons à ouvrir de nouveaux centres, offrant ainsi plus de place aux requérants d'asile. Les cantons coopératifs pourraient recevoir plus d'argent. Une proposition que Simmonetta Sommaruga veut "prendre en compte".

"Nous avons déjà un modèle de compensation, mais il est possible qu'il soit adapté", a déclaré la conseillère fédérale dans une interview à la "SonntagsZeitung". Ce sera fait en consultation avec les cantons.

Plusieurs modèles

Plusieurs modèles sont étudiés. Théoriquement, les cantons qui ouvrent des centres d'hébergement d'urgence ou des centres d'accueil de la Confédération pourraient recevoir plus d'argent. Ces cantons pourraient aussi être déchargés, en ne devant plus accueillir les requérants d'asile en procédure ordinaire.

"Une politique réunissant la migration et les affaires étrangères" est impérative, a également remarqué la ministre du département de justice et police (DFJP) au journal "NZZ am Sonntag". Le renvoi des requérants devra être "plus fortement lié à la coopération pour le développement et aux accords économiques".

Alcool interdit

En attendant de les renvoyer, des mesures sont prises à l'encontre des requérants d'asile "récalcitrants", a annoncé à l'ats Joachim Gross, porte-parole de l'Office fédéral des migrations, confirmant une information du journal "Sonntag".

Depuis quelques semaines, des mesures préventives ont déjà été prises dans les centres d'enregistrement et de procédure de la Confédération, à Chiasso (TI) et Kreuzlingen (TG), selon Joachim Gross. Une interdiction totale d'alcool a par exemple été décidée et les requérants revenant de l'extérieur sont fouillés, a-t-il précisé.

ATS