Navigation

Certaines migraines accroîtraient le risque cardiovasculaire

Ce contenu a été publié le 16 janvier 2013 - 08:52
(Keystone-ATS)

Les femmes souffrant d'une certaine forme de migraine accompagnée de troubles visuels auraient un risque trois fois plus élevé que les autres de développer une maladie cardio-vasculaire. C'est ce que révèle une étude publiée mardi aux Etats-Unis par l'American Academy of Neurologie.

"Après l'hypertension artérielle, la migraine dite avec 'aura' - précédée ou accompagnée notamment d'éblouissement ou de fourmillement dans le visage ou les mains - représente le deuxième plus grand risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral, avant le diabète, le tabagisme et l'obésité", explique son principal auteur, le Dr Tobias Kurth, chercheur au Brigham and Women's Hospital à Boston.

L'étude, menée pendant 15 ans aux Etats-Unis sur 27'860 femmes, dont 1435 souffraient de ce type de migraine, a recensé durant cette période 1030 crises cardiaques, accidents cérébro-vasculaires et décès.

Ce risque a été de 7,9 cas pour mille par an dans le groupe des femmes souffrant de migraine avec aura, comparativement à 2,41 cas pour mille par an chez les autres, soit 3,27 fois plus, a précisé le Dr Kurth.

Hypertension

Pour les femmes souffrant d'hypertension artérielle mais pas de ce type de migraine, le risque cardiovasculaire et de décès est de 9,8 pour mille/an, a-t-il aussi indiqué.

Toutefois, le nombre de femmes ayant une migraine avec aura qui ont une crise cardiaque ou une attaque cérébrale reste relativement faible, a souligné le Dr Kurth.

Mesures recommandées

Les femmes concernées peuvent réduire ce risque en ne fumant pas, en contrôlant leur tension artérielle, leur poids et en faisant régulièrement de l'exercice physique.

Selon lui, environ 15% des femmes aux Etats-Unis comme en France souffrent de ce type de migraine.

Une seconde étude également publiée mardi par l'American Academy of Neurology indique que les femmes souffrant de migraine avec aura prenant des contraceptifs hormonaux ont plus de risque de formation de caillot sanguin (7,6%) que celles ayant d'autres formes de migraine (6,3%).

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.