Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Certains zoos prennent des mesures contre le froid

Les oreilles des éléphants sont minces: elles risquent des gelures (archives)

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Le froid glacial qui est arrivé en Suisse donne du fil à retordre à certains animaux exotiques. Pour ménager les pattes des flamants roses et les oreilles des éléphants, les zoos ont pris des mesures.

A Zurich, les fourmiliers ne sortent guère leur museau, raconte le zoologue Robert Zingg. A l'instar des gorilles et des orang-outans, ils préfèrent rester au chaud quand le mercure descend en-dessous de zéro.

Le jeune éléphant mâle en revanche aime se défouler à l'air libre hiver comme été. Cela alors que les pachydermes sont très sensibles au froid et qu'ils ne doivent pas rester dehors trop longtemps.

Gelures aux oreilles

A Bâle également, les éléphants ne sont autorisés à sortir que par intermittence: "Leurs oreilles sont très minces. Elles peuvent être touchées au bord par des gelures", explique une porte-parole.

Les flamants roses peuvent patauger dans l'étang externe autant qu'ils veulent. Un système d'aération maintient l'eau en mouvement, évitant que leurs pattes ne gèlent.

A Zurich, les primates miniatures comme les ouistitis ou les tamarins sont strictement interdits de sortie. "Avec leur petite taille, ils refroidiraient rapidement." Les capucins à poitrine jaune sont également maintenus à l'intérieur, mais pour une autre raison: comme l'eau du fossé a gelé, ils pourraient en profiter pour se faire la belle.

Les lions sont dehors

Le problème ne se pose pas pour les lions, qui peuvent pour l'instant rester dehors, puisque des pompes maintiennent l'eau en mouvement. A Bâle, le fossé des lions a été vidé de son eau.

Chez les rennes, il a fallu briser la glace afin que les animaux ne se rendent pas sur la couche. Eux profitent pleinement du froid, puisque, comme pour les chameaux ou les bisons, une épaisse fourrure les protège.

Le parc animalier de la Garenne, à Le Vaud (VD), n'héberge que des animaux européens, qui sont habitués au froid, indique-t-il. Tout au plus, les responsables ont-ils mis davantage de paille ou d'abris fermés à disposition des animaux et accru la surveillance, par exemple pour les espèces potentiellement sensibles comme l'ibis chauve.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.