Toute l'actu en bref

Malgré un cessez-le-feu instauré fin décembre dans l'Est du pays, les affrontements reprennent régulièrement.

KEYSTONE/EPA/SERGEY VAGANOV

(sda-ats)

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annnoncé samedi l'entrée en vigueur à partir de lundi d'un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine. Un accord a été conclu à Munich en ce sens entre Kiev, Moscou, Berlin et Paris.

Le chef de la diplomatie russe s'exprimait à l'issue d'une réunion avec ses homologues allemand, français et ukrainien, tenue en marge de la conférence sur la sécurité dans la capitale bavaroise. "Il est positif que le Groupe de contact se soit mis d'accord une nouvelle fois pour le début d'un cessez-le-feu le 20 février", a déclaré M. Lavrov.

L'accord porte également sur "le début du retrait des armes lourdes" dans l'est de l'Ukraine, a précisé le ministre russe. "Nous avons soutenu activement cette décision et avons évidemment exprimé la conviction que cette fois un échec n'est pas permis", a-t-il ajouté.

Kiev confirme

"Le format Normandie a examiné où en était la mise en oeuvre des accords atteints par les présidents de la Russie, de la France, d'Ukraine et de la chancelière allemande" en octobre à Berlin, a expliqué M. Lavrov. "Nous avons constaté qu'il n'y a pas eu de grands progrès concernant les résultats des décisions prises à Berlin", a-t-il regretté.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine, également présent à Munich, a confirmé l'accord sur cette trêve à partir de lundi. Elle "peut être effective dès le 20 (février). Mais il ne faut pas que ce soit un slogan politique, il faut que ce soit une situation réelle et si ce n'est pas le cas, alors il y aura de nouveaux pourparlers", a-t-il déclaré à des journalistes ukrainiens.

Flambée de violences

L'Ukraine est en proie depuis presque trois ans à un conflit ayant fait près de 10'000 morts. Il oppose les forces gouvernementales à des séparatistes prorusses qui sont, selon Kiev et les Occidentaux, soutenus militairement par la Russie, ce que Moscou dément.

Malgré un cessez-le-feu instauré fin décembre dans l'Est du pays, les affrontements reprennent régulièrement. Debut février une flambée de violence a ainsi fait une trentaine de morts.

ATS

 Toute l'actu en bref