Toute l'actu en bref

A Genève, le percement du tunnel de Champel a eu lieu jeudi matin. Ce tunnel de 1,6 kilomètre est le dernier de la ligne ferroviaire CEVA à être entièrement creusé. Le projet global est désormais réalisé à 80%.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

A Genève, le dernier tunnel du CEVA, celui de Champel, est percé. Les dix kilomètres du tracé souterrain de la ligne ferroviaire reliant Cornavin à Annemasse (F) sont désormais excavés. Le 80% du projet global est réalisé.

Le percement symbolique du tunnel de Champel a eu lieu à 900 mètres de l'entrée côté Arve, en présence des autorités genevoises, des entreprises, des représentants de l'Office fédéral des transports et des CFF ainsi que des médias. Long de 1630 mètres, ce tunnel a été creusé pendant trois ans depuis ses deux extrémités, à une profondeur comprise entre 10 et 30 mètres.

Jeudi à 11h00, c'est à un contremaître qui a foré des tunnels pendant 40 ans, et qui prend sa retraite vendredi, qu'est revenu l'honneur de percer la paroi. Les manoeuvres de l'engin de chantier, situé de l'autre côté du mur, étaient retransmises sur des écrans. Dans un bruit assourdissant, un trou a été réalisé et progressivement agrandi.

Une pelleteuse mécanique est ensuite entrée en scène pour déblayer les gravats. Une quinzaine de minutes après le premier coup contre la paroi, des ouvriers ont franchi le passage sous les applaudissements, brandissant des statues de Sainte-Barbe, patronne des tunneliers. La foule, équipée de gilets de sécurité orange et de casques de chantier, immortalisait l'événement sur des smartphones.

Avec le percement du tunnel de Champel, les risques géologiques sont désormais écartés, et les travaux les plus bruyants sont terminés. Sa construction a nécessité l'excavation de 177'500 m3 de matériaux et l'utilisation de 87'000 m3 de béton et de 4150 tonnes d'acier, a détaillé le conseiller d'Etat Luc Barthassat, en charge des Transports.

ATS

 Toute l'actu en bref