Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux organisations de défense des handicapés ont déposé plainte au Tribunal administratif fédéral (TAF) contre les nouveaux trains à deux étages des CFF. Elles demandent que le compartiment pour les personnes en chaise roulante soit moins isolé.

Dans les 20 nouveaux trains à deux étages commandés par les CFF chez Bombardier, les places pour personnes en chaise roulante se trouvent juste au-dessous du restaurant. Contrairement aux trains actuellement en circulation, les nouvelles rames n'auront pas de bar au rez-de-chaussée.

Une partie du wagon ne sera pas accessible au public: il sera utilisé comme dépôt pour le restaurant. "Ce compartiment devient ainsi un compartiment ghetto", a expliqué à l'ats Joe Manser, directeur de la Fondation en faveur d'un environnement adapté aux handicapés", revenant sur des informations publiées samedi par la "NZZ".

La Fondation, ainsi que l'organisation "Integration Handicap", ont déposé une plainte au TAF. Elles demandent que le compartiment pour handicapés soit intégré à un wagon normal. Elles souhaitent aussi que les personnes en chaise roulante aient accès au restaurant, ou au moins au minibar grâce à un ascenseur.

Les CFF évoquent la sécurité

"Nous allons nous battre jusqu'en dernière instance pour déplacer l'inacceptable compartiment pour handicapés" ajoute M. Manser. La plainte ayant été déposée en février, des discussions ont eu lieu avec les CFF et certains autres points litigieux ont déjà pu être réglés.

Mais les CFF refusent d'entrer en matière concernant le wagon-restaurant, évoquant des questions de sécurité. Ils ne veulent toutefois pas prendre position quant à la procédure pendante, a dit à l'ats leur porte-parole Christian Ginsig. L'Office fédéral des transports a accepté les plans, indiquant ainsi que l'ensemble du train est conforme aux lois, font par ailleurs remarquer les CFF.

"Malgré la loi sur l'égalité pour les handicapés, la solution prévue est moins bonne que dans les trains actuels, construits avant son entrée en vigueur", rétorque M. Manser.

ATS