Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon son patron, CFF Cargo doit accroître son efficacité en réduisant par exemple le nombre de ses wagons isolés (image d'illustration).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

De nouvelles suppressions d'emplois sont à prévoir chez CFF Cargo, a indiqué samedi son patron Nicolas Perrin. Environ 760 postes pourraient être biffés dans les années à venir, a-t-il déclaré à l'hebdomadaire Schweiz am Wochenende.

Deux raisons expliquent ces mesures, selon lui. Primo: un appareil administratif trop lourd en dépit d'une réduction déjà annoncée de 80 postes. "Une réduction d'une même ampleur au moins sera nécessaire d'ici 2020 dans l'administration", estime-t-il.

Deuxièmement, CFF Cargo doit accroître son efficacité en réduisant par exemple le nombre de ses wagons isolés. "Nos équipes transportent parfois une ou deux voitures, ce n'est guère efficace", indique-t-il. Dans ce segment, CFF Cargo a vu ses ventes déjà chuter de 14% au cours des dernières années.

L'entreprise souhaite renforcer à l'avenir sa présence sur le marché avec de plus grandes quantités de marchandises à transporter. Pour ce faire, le patron de CFF Cargo prévoit à l'avenir un effectif réduit d'un tiers.

La filiale des CFF emploie aujourd'hui quelque 2300 personnes, sans prendre en compte les emplois de CFF Cargo International. Quelque 760 postes pourraient devenir ainsi obsolètes, selon ses calculs.

Inacceptable

Dans un communiqué diffusé samedi, les syndicats se montrent encore plus précis. Le conseil d'administration des CFF doit, selon eux, donner son feu vert mercredi prochain à la suppression de 325 postes à temps complet d'ici 2020, puis de 390 autres d'ici 2023.

Pour le Syndicat du personnel des transports (SEV), transfair, le Syndicat des mécaniciens de locomotives (VLSF) et l'Association des cadres des transports publics (ACTP), ces mesures d'économie sont "tout simplement inacceptables". Les représentants du personnel demandent instamment au conseil d'administration des CFF de stopper immédiatement ce projet de démantèlement.

Les syndicats reprochent en particulier au directeur des CFF Andreas Meyer d'avoir encore vite proposé un démantèlement d'un tiers du personnel et de plus d'un cinquième des points de desserte de CFF Cargo, alors que le Conseil fédéral, soutenu par les commissions des parlementaires, veut lui retirer la présidence du conseil d'administration de CFF Cargo.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS