Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Raphaël Domjan lors du lancement du ballon qui emporte des cellules photovoltaïques à tester dans la stratosphère: nouvelle étape du projet d'avion SolarStratos

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Nouvelle étape pour SolarStratos, le projet d'avion solaire dans la stratosphère. Un ballon équipé de cellules photovoltaïques a été lancé samedi à 09h45 jusqu'à 35'500 mètres d'altitude depuis Châtel-Saint-Denis (FR), explique Raphaël Domjan.

"Tout s'est très bien déroulé, le départ s'est fait dans d'excellentes conditions météo. On a pu monter jusqu'à 35'500 mètres", raconte le responsable de la nouvelle aventure. En 2012, pour mémoire, Raphaël Domjan et ses coéquipiers avaient bouclé avec PlanetSolar le premier tour du monde en bateau solaire.

Quels effets sur les cellules ?

Le but de l'expérience menée samedi ? "Voir comment se comportent les cellules solaires dans la stratosphère. Au-dessus de la couche d'ozone, est-ce que les cellules se détériorent, quel est leur rendement? s'interroge Raphaël Domjan. Une fois le ballon redescendu, le matériel sera examiné au laboratoire à Neuchâtel.

Les cellules en silicium sont du même type que celles de PlanetSolar ou de Solar Impulse, l'avion de Bertrand Piccard. Elles devront encaisser des chocs thermiques très importants puisqu'il fait moins 70 degrés à cette altitude, d'où des questions de dilatation à examiner de près, note Raphaël Domjan.

Peu après 12h00, le ballon a touché le sol dans un champ près de Massonnens (FR), soit une dérive de plus de 23 kilomètres par rapport à son point de départ. Pour le plaisir, le ballon emportait aussi du vin blanc neuchâtelois, histoire de savoir à quelle altitude il s'évaporerait, et la vache Happy Lilly, symbole de Présence Suisse.

Nouvelle éco-aventure

Le vol de SolarStratos est prévu en 2018. Le biplace non pressurisé sera long de 8,5 m pour une envergure de 24,8 m et pèsera 450 kg. Les 22 m2 de cellules photovoltaïques offriront une autonomie de plus de 24 heures afin de réaliser cette éco-aventure. La semaine prochaine, la décision devrait tomber pour la localisation du hangar de l'avion, entre Sion et Payerne. La combinaison spatiale solaire du pilote sera réalisée par les Russes.

ATS