Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Leader mondial du travail intérimaire, Adecco déplace son siège à Opfikon, dans la banlieue zurichoise. La commune vaudoise de Chéserex, où le géant était établi jusqu'ici, doit s'attendre à une importante diminution de ses rentrées fiscales.

Le déplacement du siège était attendu depuis le décès en 2012 d'Henri-Ferdinand Lavanchy, fondateur d'Adia Interim, devenue Adecco, rappelle 24 Heures. Le quotidien vaudois a relayé samedi une information du site internet du journal La Côte.

La syndique de Chéserex, Monique Locatelli, a confirmé à l'ats qu'elle s'attendait à ce départ. En mars dernier, elle a appris que la délocalisation sera à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale d'Adecco, qui s'est tenue jeudi soir à lausanne.

En ce qui concerne les conséquences fiscales de cette décision, la syndique a précisé à l'ats que la situation devra être analysée par les autorités communales de Chéserex. "Tout ça est neuf", a-t-elle ajouté, sans écarter une éventuelle hausse des impôts.

La perte fiscale peut être estimée à près d'un million de francs, a confirmé la syndique. Le montant exact dépend toutefois des résultats de l'entreprise. Sur le plan des emplois, en revanche, la décision n'aura pas de conséquence, puisqu'Adecco n'avait plus d'activité au château de Bonmont, résidence du fondateur de la société.

Chéserex n'est pas la première commune vaudoise à pâtir du départ d'un de ses gros contribuables. En 2008, sa voisine Gingins avait dû augmenter ses impôts après le départ de la famille Bertarelli, qui avait déplacé son domicile à Gstaad (BE).

ATS