Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le manque de neige pousse plusieurs installations de remontées mécaniques et infrastructures touristiques dans les Grisons à recourir au chômage partiel. Elles ne sont pas moins de douze entreprises de la branche à recourir à une réduction de l'horaire de travail.

L'idée consiste à passer le cap de cette mauvaise période. Les sociétés grisonnes concernées invoquent une forte contraction de fréquentation de la clientèle en raison du facteur climatique. Des arguments comparables en tout point au principe qui régit les indemnités pour mauvais temps dans le secteur de la construction.

Douze entreprises, pour la plupart exploitantes d'installations de remontées mécaniques, se sont annoncées auprès de l'office grison du travail et de l'industrie (Kiga). Contacté par l'ats, son directeur adjoint Jörg Guyan a dit s'attendre à d'autres demandes dans le cas où les chutes de neige tant souhaitées continueraient à faire défaut.

Les conditions pour bénéficier d'indemnités sont toutefois bien définies dans la loi. L'ampleur de la baisse du chiffre d'affaires sur une période donnée entre notamment en ligne de compte. Une ordonnance du Conseil fédéral de 1992 règle la situation dans le domaine du dédommagement pour manque de neige.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS