Toute l'actu en bref

Le FC Wil se trouve dans la tourmente. Le club n'a pas trouvé d'accord avec la totalité de ses employés. De ce fait, les salaires de janvier n'ont toujours pas été payés.

Le club aurait dû apporter mardi à la Swiss Football league la preuve du paiement des salaires du mois de janvier. Mais il n'a pas pu le faire. Selon le FC Wil, une demi-douzaine d'employés ont refusé de signer un nouveau contrat, à des conditions financières moins intéressantes.

Selon le règlement de la SFL, le club dispose d'un délai supplémentaire de cinq jours pour apporter la preuve du paiement des salaires. S'il n'y parvient pas, il pourra se voir pénaliser par un retrait de points au classement.

Le FC Wil a indiqué avoir trouvé un accord avec 60 employés. Le dialogue n'est pas rompu avec ceux qui ont refusé les nouvelles conditions. "L'offre de la part du club pour ces personnes se base sur un salaire mensuel de 7500 francs minimum. Malgré cela, une solution n'a pas été trouvée", a expliqué le club. Avant de répéter qu'il s'agit d'un point crucial dans l'opération d'asainissement pour éviter la faillite pure et simple.

L'argent pour verser les salaires selon les nouvelles conditions est à disposition, assure le club. Mais les personnes qui tentent de sauver le FC Wil ne veulent le libérer que lorsque l'ensemble des employés aura donné son accord.

Avant le départ des investisseurs turcs début février, le club versait selon diverses informations de presse des salaires allant jusqu'à 50'000 francs par mois.

ATS

 Toute l'actu en bref