Toute l'actu en bref

Patrick Tondeux, dessinateur de presse, a passé une centaine de jours à Champ-Dollon (GE) pour dessiner le quotidien de la prison.

Keystone/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Patrick Tondeux, dessinateur de presse à la Tribune de Genève, a eu carte blanche pendant des mois pour croquer le quotidien de la prison de Champ-Dollon (GE). Il en a fait un livre sorti début juin. Un témoignage rare.

"J'ai eu une liberté totale, mais sous haute surveillance", explique Patrick Tondeux, 68 ans. Le dessinateur judiciaire, qui couvre les procès genevois depuis douze ans, a été sollicité par le directeur de Champ-Dollon de l'époque, Constantin Franziskakis, qui voulait marquer les 40 ans de l'établissement.

"J'ai eu accès à tout: ateliers, salle de sport, promenade, couloirs, cantine, parloirs et cellules", relève-t-il. "L'accueil des détenus a été magnifique. Probablement parce qu'il y avait un type nouveau", raconte M. Tondeux, qui précise que les gens sont toujours fascinés par le dessin.

"Les détenus étaient bluffés quand ils se reconnaissaient", souligne le dessinateur, qui a toujours demandé leur accord avant de prendre ses crayons et ses pinceaux. Il a essuyé très peu de refus. Au final, il a réalisé entre 150 et 200 dessins qui montrent des scènes de vie à Champ-Dollon.

Des cliquetis

Toujours accompagné d'un gardien, "son ange-gardien", comme il l'appelle, il s'est senti en sécurité dans ce milieu ultra ritualisé où les sas, les cliquetis de clés et les contacts entre gardiens sont toujours présents. Seul moment d'inquiétude: quand il s'est retrouvé dans un monte-charge avec douze détenus et deux gardiens.

Il a par ailleurs été particulièrement marqué par la mise au mitard d'un détenu. Cet homme entouré d'une dizaine de gardiens a représenté une vision "très dure" pour Patrick Tondeux. Il a été frappé par l'aspect "chasse à l'homme", même si de manière générale il n'a pas développé particulièrement d'empathie à l'égard des détenus.

Des images rares

Patrick Tondeux a ainsi passé une centaine de jours à la prison de Champ-Dollon entre décembre 2015 et avril 2017. Ce témoignage en dessins lève un peu le voile sur un milieu qui génère beaucoup de fantasmes. De plus, rares sont les images à filtrer hors de l'enceinte de l'établissement.

Son livre de croquis fait partie d'un coffret complété par un ouvrage de l'historien Christophe Vuilleumier. Cet ensemble réalisé pour le 40e anniversaire de la prison s'intitule "Champ-Dollon. Les 40e rugissants. 1977-2017". Il est paru le 1er juin aux éditions Slatkine.

ATS

 Toute l'actu en bref