Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La chaîne de magasins de mode Charles Vögele a creusé sa perte opérationnelle de manière significative au second semestre 2011. L'entreprise négocie de nouveaux crédits bancaires. En cause: un environnement économique difficile, le franc fort et un automne inhabituellement doux.

S'ajoutent à ces conditions négatives des soucis de logistique liés à la mise en fonction d'un nouveau centre de distribution et à son intégration, explique le groupe dans un communiqué publié mercredi.

Charles Vögele s'attend à une nette détérioration du résultat opérationnel du second semestre en comparaison au premier, écrit-il. Sur les six premiers mois de 2011, la société avait essuyé une perte (EBIT) de 60 millions de francs. Un amortissement de goodwill de 36 millions avait, de plus, dû être effectué en raison de la faiblesse de l'euro. Les résultats de l'ensemble de l'année seront publiés le 6 mars prochain.

8000 collaborateurs

Charles Vögele, qui compte 815 enseignes dans dix pays et quelque 8000 collaborateurs, a besoin de liquidités. Au vu du crédit syndical arrivant à échéance en juin prochain, la société est actuellement en discussion avec un petit groupe de partenaires bancaires, indique-t-elle. Objectif: remplacer les crédits existants et assurer au groupe une flexibilité financière.

De plus, l'entreprise se concentrera désormais sur une seule marque pour renforcer son profil. L'ensemble des collections sera conduit sous la marque Charles Vögele. Adieu les marques Casa Blanca, Biaggini et Kingfield.

Le rôle du groupe Migros, principal actionnaire de Charles Vögele, a à nouveau été évoqué par un courtier. Le numéro un suisse du commerce de détail, qui contrôle plus de 22% du capital-actions du groupe schwyzois, n'a eu de cesse d'étoffer sa participation petit à petit, tout en qualifiant de sans fondement les spéculations sur une reprise.

ATS