Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les conducteurs qui roulent à tombeau ouvert ne doivent pas échapper à la prison. Le Conseil national s'est rallié mardi par 132 voix contre 37 à ce durcissement des sanctions dans le cadre du programme Via sicura. Il a néanmoins refusé de rendre obligatoire le port du casque pour les cyclistes de moins de 14 ans.

Comme le Conseil des Etats, la Chambre du peuple estime que les chauffards commettant des excès de vitesse particulièrement importants, effectuant des dépassements téméraires ou participant à des courses doivent risquer entre un et quatre ans de prison. C'est un an de plus qu'actuellement.

Le couperet tomberait si le chauffard roule au moins à 70 km/h dans les zones limitées à 30, à 100 dans les zones à 50, à 140 dans les zones à 80. Le plénum a repris les exigences figurant dans l'initiative populaire "protection contre les chauffards" de RoadCross.

Le port du casque cycliste divise

Les cyclistes de moins de 14 ans ne doivent pas être obligés de porter un casque. Contrairement au Conseil des Etats, le National refuse cette mesure souhaitée par le gouvernement qui vise à renforcer la sécurité routière.

Par 128 voix contre 55, le plénum veut s'en tenir au droit en vigueur, qui n'édicte aucune règle concernant le casque. Il table sur la liberté individuelle et la responsabilité des parents. Actuellement, 70% des jeunes cyclistes portent déjà un casque, ont rappelé plusieurs orateurs.

Certains ont fait valoir qu'une limite à 14 ans est arbitraire. En outre, les adolescents n'aiment pas qu'on les embête avec des restrictions, a estimé Franziska Teuscher (Verts/BE).

Un casque permet d'éviter des traumatismes crâniens chez les jeunes, dont les muscles ne sont pas encore développés, a plaidé en vain Martin Candinas (PDC/GR). Plus personne ne conteste aujourd'hui que la ceinture de sécurité protège et doit être obligatoire, a de son côté argumenté la conseillère fédérale Doris Leuthard.

ATS