Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des émeutiers se sont affrontés avec la police à Santiago du Chili mercredi pour le deuxième jour de suite, tandis qu'une manifestation étudiante rassemblait entre 25'000 personnes et 200'000 personnes, selon les sources. Les protestataires réclament une réforme de l'éducation.

Un scénario devenu hebdomadaire s'est répété mercredi matin dans des quartiers distincts de la capitale de 6 millions d'habitants: des foyers épars de violence, une dizaine de barricades de pneus enflammés érigées par des jeunes en cagoule et de brèves batailles rangées, à coups de cocktails Molotov et projectiles divers contre gaz lacrymogènes et lances à eau.

Dans les faubourgs de La Pincoya et La Reina, huit policiers ont été blessés, l'un à la jambe par une balle et d'autres par des plombs, a indiqué une source policière, marque d'une escalade. Dix personnes ont été arrêtées. Le vice-ministre de l'Intérieur a affirmé qu'une vingtaine de policiers avaient été blessés.

Manifestation pacifique

A l'échelle du pays, 373 personnes ont été appréhendées, dont 110 mercredi et 263 mardi, à l'issue d'affrontements similaires, souvent isolés, brefs, mais violents.

En contraste marqué avec ces violences, la manifestation étudiante a réuni dans la matinée au moins 25'000 personnes, selon la police, 200'000, selon les organisateurs, dans une atmosphère paisible avec des danses, des orchestres, comme ceux qui égayent les marches étudiantes depuis le début du mouvement, en mai.

ATS