Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un écrin de nature dans le grand Sud chilien, un parc alliant glaciers et lacs andins, forêts et steppe de Patagonie, est depuis trois jours la proie d'un incendie qui inquiète de plus en plus les autorités. Le sinistre a déjà détruit 8500 hectares, soit 3 à 4% de sa superficie. Une négligence humaine pourrait en être la cause.

Le Parc national Torres del Paine, visité chaque année par plus de 100'000 personnes, a été fermé jeudi, et le restera pendant tout janvier, a annoncé vendredi le président Sebastian Piñera, après la réunion d'une cellule de crise.

En dépit des premiers communiqués évoquant un incendie "circonscrit", les autorités ont déployé chaque jour davantage de renforts sur la zone: 400 personnes devraient être sur le pied de guerre samedi.

La zone de l'incendie est une langue rocheuse accidentée entre des sommets enneigés de 3000 m d'altitude et un lac navigable, le lac Grey. Un mélange de forêts, d'arbustes et de lande y fournit depuis 72 heures un combustible de choix.

Joyau de la Patagonie

La superficie de végétation réduite en cendres demeure toutefois relativement modeste, représentant moins de 4% du parc de 230'000 hectares, un des joyaux prisés de la Patagonie, situé à 3000 km de Santiago, la capitale.

Mais la progression des derniers jours, avec une superficie consumée doublant du jour au lendemain, et la persistance de conditions hostiles, inquiètent.

ATS