Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ouvriers de deux usines chinoises fabriquant des jouets pour l'américain Mattel travaillent dans des conditions dangereuses, dégradantes et non conformes aux lois chinoises. Ce constat vient d'un rapport publié jeudi par deux organisations non gouvernementales.

il s'agit des entreprises Jida Toy Co. Ltd à Shenzhen, dans le sud, et de Dongguan Grand Plastic Cement Co. "A l'usine Jida, les ouvriers travaillent 11 heures par jour jusqu'à 30 jours d'affilée, dans des conditions dangereuses et avec seulement un contrat vague dont ils n'obtiennent jamais de copie", indiquent China Labor Watch, basé à Hong Kong, et l'ONG française Peuples solidaires.

Les ouvriers sont "souvent en contact avec des produits chimiques dangereux" mais ne portent pas les gants et les masques de protection qui leur sont fournis parce qu'il fait trop chaud, poursuivent les deux ONG.

Le rapport est fondé sur plusieurs dizaines d'entretiens avec des salariés des deux sous-traitants de Mattel. Un responsable de Jida a confirmé à l'AFP une partie des accusations contenues dans le rapport, estimant cependant que ce rapport visait à "discréditer" sa société.

Salaires très bas

Dans l'usine de Dongguan (ville voisine de Shenzhen), "les salaires sont maintenus à des niveaux extrêmement bas à cause de quotas de production impossibles à remplir", d'après le document. Celui-ci précise que 500 ouvriers ayant récemment tenté de s'organiser pour améliorer les conditions de travail ont été licenciés.

Chez Dongguan Grand Plastic Cement Co., qui emploie 60% de femmes, ces dernières sont d'autre part "continuellement victimes de harcèlement physique et verbal de la part de leurs collègues masculins", ajoute le rapport. Les responsables n'ont pas souhaité s'exprimer sur ce sujet.

ATS