Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le militant chinois des droits civiques Chen Guangcheng peut déposer une demande pour aller étudier à l'étranger, a indiqué vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Liu Weimin. Plus tôt, M. Chen a demandé directement au Congrès américain une rencontre avec la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

L'avocat aveugle a déclaré vendredi à l'AFP qu'il se sentait "en grand danger" en Chine, réitérant son désir de quitter son pays.

Souhait évoqué

Champion de la lutte contre les avortements forcés, M. Chen s'était réfugié à l'ambassade des Etats-Unis la semaine dernière après avoir faussé compagnie aux nombreux gardes qui le maintenaient depuis près de deux ans en résidence surveillée.

Il avait quitté la mission américaine mercredi, ayant obtenu des assurances pour sa sécurité et celles de ses proches en Chine.

Mais après ses retrouvailles avec son épouse et ses amis, M. Chen avait déclaré qu'il voulait quitter son pays.

Rencontre

"Il a une lettre d'invitation de l'Université de New York, c'est un homme libre. Il veut voyager pendant un temps aux Etats-Unis et revenir ensuite", a indiqué un ami de M. Chen, Guo Yushan sur un microblog rapidement effacé, probablement par la censure.

Un peu plus tôt, Chen Guangcheng s'est adressé directement au Congrès américain qui organisait une audition sur son cas en appelant sur son téléphone portable un militant associatif, Bob Fu, qui participait à la réunion.

La cheffe de la diplomatie américaine Hillary Clinton était présente jeudi et vendredi à Pékin pour un "Dialogue stratégique et économique" annuel entre les Etats-Unis et la Chine plombé par l'affaire Chen Guangcheng, le gouvernement chinois exigeant de Washington des excuses pour l'avoir hébergé dans l'ambassade.

ATS